Après des guerres séculaires, les peuples d'Initium s'accordent enfin une paix relative. Pourtant, tapie dans l'ombre, une menace pèse ...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Grey Korahm
* Vagabond *
avatar

Nombre de messages : 312
Age : 30
Race : Hellbereth
Classe : Mercenaire
Elément : Eau
Date d'inscription : 11/04/2007

Feuille de personnage
Âge: 27
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 1:13

[Maelianna Audulan - Grey Korahm]
[Place du marché]



Une fois l'homme sauvé, Maelianna et Grey repartirent de plus belle. Elle jeta un regard autour d'eux et sembla se décontracter. Il constata alors que l'eycorché avait disparut. Ils arrivèrent au près d'un spectacle qui retourna le cœur du guerrier. Un enfant... Qui pouvait cautionner que des enfants subissent ce sort? Il sentit la colère monter en lui. Cette fois-ci ce fut Meelie qui calma le jeu. D'un regard elle lui demanda de soulever le madrier qui lui broyait la jambe. Pas besoin de mots. Il s'approcha, plia les jambes, arqua le dos, et d'une traction il souleva le morceau de bois et le reposa plus loin. Le petit était en de bonnes mains. L'atroce blessure de la jamabe se résorbait doucement. Le regard du hellbereth tomba sur les corps brûlants de deux myriennates qui devaient être ses parents. Un orphelin...

Grey serra les poings. Quand la lunarticiah eut fini ils s'éloignèrent. Il l'attrapa par la manche et lui montra un recoin du doigt. Une mère ensanglantée tenant un enfant. Il la tira par là.


*Faites que les deux soient en vie, je vous en prie, faites que les deux soient en vie.*

En s'approchant il distingua mieux ce que la pénombre lui dissimulait. Sans la robe il n'aurait pas su que le golgoroth était une femme. Et ce qu'il avait pris pour un enfant était un kluth'en. Il n'avait quand même pas l'air très vieux, mais avec les kluth'en il est toujours dur de juger, certains jeunes ont l'air vieux et inversement. La golgoroth leva des yeux suppliants.


"Aidez le. S'il vous plait..."

La légendaire amitié entre ces deux races, dans leurs cœurs ils n'étaient qu'un seul peuple. La grande main couturée de cicatrices s'écarta du cou du petit corps immobile, révélant une plaie béante à moitié obstruée par du sang coagulé sous les doigts de la femme. Il remua. La golgoroth avait l'air de souffrir de multiples blessures dont une inquiétante plaie au ventre, mais elle ferait passer la santé de son ami avant la sienne.

"Meelie... Tu... Tu peux le sauver?"

Le ton était angoissé, trop de fois il avait vu des gens prendre soin d'un blessé pour qu'il soit trop tard quand les secours arrivaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Grey-Korahm-
Touik Gzy Wulfiim
* Vagabonde *
avatar

Nombre de messages : 88
Age : 27
Race : Ansurienne
Classe : Réveuse
Elément : Eau
Date d'inscription : 20/01/2008

Feuille de personnage
Âge: 22ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 1:38

[avec toute la joyeuse compagnie qui encombre la place]



- Je n'ai pas le temps de m'occuper de toi maintenant. Va-t-en. Cette fois, je n'hésiterais pas.

Une voix qui allait finir par lui devenir familière. Touik ne l’avait d’abord pas le fameux Sam’Heins qu’elle voyait décidément partout aujourd’hui.

*Je te rappelle que c’est toi qui l’a cherché tout l’après midi… I know. On dirait qu’il ne m’aime pas beaucoup. Quand on y réfléchit je lui ai pourtant pas fait grand-chose… Tu lui as quand même offert une balade souterraine dans la boue et les ordures puantes de Mélandre… J’y peux rien…*

Touik se dit tout de même qu’elle ne pouvait pas être la seule responsable de la mauvaise humeur de ce singulier personnage. Elle s’adressa à son homologue miniature :

- Promet moi de ne jamais devenir aussi grincheux que ce Sam’Heins là bas.

Le petit eu un sourire furtif qu’il rattrapa vite comme s’il l’avait jugé déplacé.

*Peut être que je t’apprends quelque chose mais les gens normaux n’ont pas tendance à danser joyeusement parmi les cadavres quand les bombes sautent… J’y peux rien non à ça plus…*

Il y avait surement de ça, ce serait compréhensible en effet. Mais pas que. Le type au bandeau était peu être spécialisé section interrogatoire suspect, en tout cas il menaçait encore une pauvre et innocent victime. Enfin pauvre suffira. Cette dernière avait eu moins de chance que Touik ce matin : il n’avait pas réussi à retenir sa colère. Et l’être maintenant à terre avait dû en pâtir. Elle avança vers eux malgré l’avertissement d’Œil-de-Braise. Un avertissement clair et sans ambigüité qu’elle avait bien envie de prendre au sérieux. S’il était occupé à tabasser quelqu’un d’autre, elle n’avait évidemment pas intérêt à réclamer sa part de coup. Celui dont l’avait généreusement gratifié Pyre en début d’après midi lui suffisait amplement. On peut aimer la bagarre sans aimer se faire taper, c’est d’ailleurs plutôt recommandable.

*Où ils sont d’ailleurs nos deux arachnides ? Il serait surement moins menaçant ce Sam’Heins à l’humeur volcanique dont on ne connaît toujours pas le petit nom si on avait le soutient des deux erreurs de la nature…*

C’est donc sans mauvaises intentions qu’elle s’approchait. Elle voulait juste savoir qui. Qui avait eu la mal chance d’attiré l’attention et le courroux de l’être de feu ? Juste vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un lépreux. Peu probable : un type qui essaye de tirer quelque chose d’un fils d’Isha est soit idiot soit il aime perdre son temps. Pas le style de l’homme apparemment.

*Il a quand même du mal avec l’ordre des priorités. Y’a déjà assez de gens à terre…*

- Je vais là où bon me semble. Je t’en veux pas de pas t’occuper de moi maintenant, dit elle avec un ton faussement déçu, t’es pas obligé –mais alors pas du tout-, fini ce que tu as commencer, lui casser la gueule j’entend, il parait que c’est pas bien de laisser quelque chose en plan. J’ai rien à voir dans tes histoires.

*Et puis il hésitera pas à quoi ? *

C’était un ansurien d’à peu près son âge qui était la proie intéressante présentement. Dommage pour lui, Hasard ne lui avait pas était favorable. Elle ne le reconnu pas, il ne faisait pas partie de la MAFIA ou bien on ne les avait pas présenté. Il lança un regard suppliant à Touik qui s’en étonna.

*Pourquoi cette surprise Touik ? Il a besoin d’aide c’est tout… C’est pas ça qui m’étonne…*

L’ansurien était relativement frêle, avait les yeux en amande, le tint mate, de long cheveux noir…

*Ça doit être assez courant non ? … Tu crois que c’est lui ? Ça serait un sacré coup de chance. *

- Oh ! s’écria le petit Sam’Heins qu’elle portait toujours. C’est lui !

Il pointait l’homme à terre.

- Hein c’est lui que tu cherches !?

À ce moment un individu étrange et sombre s’éleva au dessus de ce qui avait était l’estrade. Il entama un discours très intéressant sur la paix, la justice et ce qu’il appelait le Synode. C’était les auteurs des attentats. Le speech avait du charme, peu être un peu ordinaire dans une situation comme celle-ci. Celui qui le prononcé n’avait pas grand-chose de banal lui : un grand eykorché à une seule aile. Il avait quelque chose de fascinant, peu être son faciès inhabituel pour un individu de sa race, inhabituellement séduisant. Les illuminés aiment se faire remarquer quand personne n’a envie de les entendre. Ce devait être l’avis de Fikram. La jeune femme le vit arriver à toute allure et foncé sur l’homme.

*C’est beau la liberté d’expression… Ça te dérangerait d’être un peu sérieuse ?*

Le côté dramatique des attentats lui passait complètement au dessus à l’évidence. Les deux hommes avaient commencé à se battre. Avec talent d’ailleurs. Le Sam’Heins les fixait lui aussi. Il ne paraissait plus voir assassiner l’ansurien. Touik s’approcha doucement et s’accroupit auprès de l’homme aux yeux bridés.

*Tu trouve qu’il ressemble à la petite toi ? … Pas des masses mais je suis sûre qu’il appréciera qu’on le sorte de là même si c’est celui qu’on cherche.*

Le Sam’Heins ne faisait toujours pas attention. Elle déposa Kill’Yann et lui recommanda d’aller se cacher dans la ruelle.

- Je viens te chercher tout de suite.

Puis elle tendit la main à l’ansurien. Il aurait intérêt à être rapide et à profiter comme il se doit de la diversion inespéré qui s’offrait à lui.

- Je présume que si je te l'emprunte deux minute ça ne te dérange pas ?

*Et après tu te pleins qu’il ne t’aime pas ? … Bah lui je sais pas mais moi je l’apprécie autant qu’un lunarthiciah apprécie se balader dans le désert.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/la-maison-du-recensement-f44/tou
Mutsunokami Nathaniel

avatar

Nombre de messages : 40
Race : Eycorché
Classe : Magicien
Elément : Feu
Date d'inscription : 04/02/2008

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 2:38

Nathaniel ne revenait toujours de ce qu'il venait de se produire. Du sang coulait partout et provenait de partout. L'atmosphère, à présent, empestait la haine et le meurtre. Tout y était dénaturé. L'ambiance festive avait entièrement disparu, la joie ne se lisait plus sur le visage des survivants. On ne pouvait y voir que l'effroi, la souffrance ou la mort. Nathaniel finit de faire disparaitre la plaie sur le bras de cet inconnu et sur sa propre jambe. Puis il s'appuya sur son bâton tout en écoutant ce qu'il avait à dire.
"Tiens ! Prends ceci, ça va te redonner un peu de vigueur !"

Nathaniel eut un premier mouvement de recul. Il était assez méfiant surtout quant à l'utilisation des potions. Pour lui, seule sa propre magie était fiable.

"- Je ne connais même pas ton nom et tu me proposes déjà de boire une fiole dont je ne connais pas le contenu. Cela pourrait très bien être un poison quelconque... "

Nathaniel regarda le liquide et vit rapidement que cela n'en n'était pas. Son père lui avait fortément préconisé dans son enfance d'étudier la composition des poisons, ainsi que leur aspect pour éviter d'être empoisonné facilement.

"- Cela n'a rien de personnel, ce n'est pas contre toi, mais par les temps qui courent, je préfère être prudent. Tu me comprends n'est-ce pas ? Et en plus, elle a un aspect un peu douteux, donc je ne préfère pas prendre le risque. Même pour un alcool... "

Nathaniel ne comptait absolument pas boire ne serait-ce qu'une seule goutte de cette fiole. En revanche, une sublime idée lui vint à l'esprit, alors il sourit du chaleureusement qu'il put et prit tout de même la potion qu'on lui tendait.

"- Vu qu'il est impoli de refuser un cadeau, je l'accepte. Cependant, j'aimerai connaître votre nom. Donne-moi ton nom et je te dirai qui je suis. J'espère seulement que tu ne prendras pas peur...

En effet, la renommée des Mutsunokami n'était plus à faire. Par contre, cela pouvait fort bien être un ennemi en face de lui. Heureusement, il n'était pas totalement dénué de système de défense.

Puis une voix se fit entendre par dessus les autres. Une voix familière que Nathaniel aurait pu reconnaître entre toutes. Il sentit de la colère monter en lui, mais il fallait qu'il la canalise. Son père... Son père était présent, mais pourquoi ? Que venait-il faire ici ? Il revendiquait en plus d'être l'auteur de ces explosions, pourquoi ?
Nathaniel n'en savait strictement rien, mais une chose était sure, s'il avait tenu à faire le déplacement jusqu'ici, ce n'était pas pour rien, il avait sûrement une très bonne raison. Par contre quand il entendit parler son père de sin... ou plutot du syn..., de quoi déjà ? Du synode ? et des propos qu'il tenait, là Nathaniel se dit qu'il avait complètement perdu l'esprit. Mais bon quoi qu'il en soit, Nathaniel le chercherait souvent, afin de lui poser d'abord quelques questions sur son frère, et aussi sur ses agissements. Malheureusement, il le vit en train de se battre...

* Décidément, il me reprochait de trop en faire pour vouloir augementer mes pouvoirs, d'être consumé et entièrement dévoré par ma magie, mais regardez-le, sa soif du pouvoir suprême le conduit à commettre des attentats... Pitoyable... Je vais devoir le stopper, ou du moins essayer, sans trop lui faire de mal, c'est mon père après tout. Bah, un peu de magie, même offensive ne devrait pas trop trop l'amocher, et puis sinon tant pis. Enfin, il verra que j'ai progressé et que la magie n'est pas aussi inutile qu'il a essayé de me le faire croire... *

Nathaniel pensait maintenant à savoir comment attaquer son père, sans se faire voir mais il ne vit pas de solution, du moins pour le moment. Puis il fut tiré de ses pensées par une autre explosion qui avait eu lieu non loin de lui. C'est alors qu'il vit que l'homme, qui ressemblait à un sac de muscle, devant lui, examinait son sceptre avec un intérêt soudain...

"- Catpivant, n'est-ce pas ? " avait-il dit d'un ton assez froid. Il n'aimait pas qu'on l'examinât comme s'il était un phénomène de foire. Déjà que le fait que son corps soit recouvert d'une espèce de tatouage sans forme ne l'aidait pas, alors quand on le fixait trop longtemps, il perdait patience. C'est-à-dire au bout de quelques minutes de fixation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angal Enysth
° Arrènois °
avatar

Nombre de messages : 463
Age : 28
Race : Sam\'Heins
Classe : Crocheteur de Serrure
Elément : sacré
Date d'inscription : 11/04/2007

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 3:04

[Place du Marché]


- Promet moi de ne jamais devenir aussi grincheux que ce Sam’Heins là bas.
De l'humour. Elle se permettait de faire de l'humour dans un moment pareil. Elle était décidément en très bonne place sur sa liste des gens à détester, et pourtant il ne la conaissait que depuis le début de l'après-midi...Il semblait qu'ajourd'hui, tout avait été prévu pour mettre ses nerfs à l'épreuve.
Elle s'avança, l'air serein. Angal serra les poings.
- Je vais là où bon me semble. Je t’en veux pas de pas t’occuper de moi maintenant,t’es pas obligé –mais alors pas du tout-, fini ce que tu as commencer, lui casser la gueule j’entend, il parait que c’est pas bien de laisser quelque chose en plan. J’ai rien à voir dans tes histoires.
Elle jeta un coup d'oeil au sol, sur sa nouvelle victime.

- Oh !C’est lui , s'écria le petit voleur.
Angal n'entendit pas la suite de sa phrase. Un Eycorché s'était élevé au milieu de la Place, et arguait avec ferveur qu'il était à l'origine de toute cette horreur. Génial. Il n'avait même plus à interroger ce type par terre pour savoir qui était son patron. Il allait tabasser cette pourriture juqu'à ce qu'il le supplie de le tuer. Angal fit un pas en avant. Il n'y avait qu'une seule personne pour sa protection, apparement...Soit il avait un peu trop confiance en lui, soit il était un très bon combattant. Par prudence, il convenait de l'attaquer par surprise...Mais qui se chargerait de son garde du corps?...
Il eut sa réponse aussitôt: plusieurs gardes s'étaient rués sur la femme...et quelqu'un d'autre s'attaquait déjà à l'orateur! Angal plissa les yeux.
- Retep?! marmonna-t-il.
Angal s'avança encore un peu jusqu'à l'embouchure de la ruelle, attendant d'être vu par Retep. Il fallait qu'il s'arrange pour que l'Eycorché tourne le dos à Angal, et...
Il disparut.
Le Sam'Hein fouilla la Place des yeux, espèrant le voir réapparaître par surprise comme il venait de le faire...mais il s'était enfui. Quel immonde lâche...

- Je présume que si je te l'emprunte deux minute ça ne te dérange pas ?
Angal se retourna. Cette fille semblait prendre un malin plaisir à lui pourrir de façon consciencieuse son existence.
- Si, vois-tu. Cet homme vient de faire exploser des gens, et je veux savoir qui est ce type qui lui a ordonné de faire une telle chose.
Angal emmagasina un maximum de chaleur dans sa main gauche, celle qui n'était pas armée. Il fallait que ça brûle instantanément.
Sans un mot de plus ni aucune mise en garde, il se rua sur l'Ansurienne et posa sa main sur le bras qu'elle tendait en direction du terroriste: la manche s'enflamma immédiatement. Il fallait qu'il interroge cet homme, mais il ne pouvait plus le faire là, devant elle: Angal plongea la main dans sa sacoche, mais ne trouva pas ce qu'il y cherchait. Il avait déjà utilisé son fumigène tout à l'heure! Il ne pouvait pas prendre le risque qu'elle le suive. Il fallait essayer des les capturer tous les deux, au risque de les voir lui filer entre les doigts.

Angal rengaina: il ne fallait pas les tuer, mais les assomer. C'est ce qu'Erian aurait voulu.
Il jeta un coup de pied derrière le genou le la fille pour la déséquilibrer.


[voilà, j'espère que ça vous va, Touik et Ayesha?
je sais pas ce que vous compter faire, mais si jamais on doit engager un combat à trois, ça sera sans doute plus pratique de faire ça en un seul post (par MP ou dans le post "dialogues") ^_^
c'est vous qui voyez]

_________________

Jamais le Soleil ne verra l'ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Angal-Enysth
Zieg Noemak

avatar

Nombre de messages : 23
Race : Hellbereth
Classe : Rôdeur
Elément : Vent
Date d'inscription : 19/02/2008

Feuille de personnage
Âge: 29 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 4:35

[ Mutsunokami Nathaniel - Zieg Noemak - Et tout le beau monde ]
[Sur la Place du Marché - Devant l'Estrade]






Une voix s'éleva de la place, une voix dans laquelle les mots sonnaient comme les notes d'un piano qui s'essayait à imiter un violon. Ils ajoutaient à cette scène des plus effroyables une dose d'horreur qui se diluait très mal dans l'esprit de Zieg, d'autant plus qu'il sentit son coeur s'emplir de rage. L'explosion qui l'avait projeté sur le pauvre jeune homme, n'avait pas pu développer autant cette rage. Les mots... ces mots... empéstaient l'hyprocrisie. La paix, qui osait provoquer la paix en tuant des citoyens innocents ? Qui osait définir les termes de pureté en voulant écraser la Coopération Pacifique ?

Depuis quinze ans déjà, Initium avait fait un grand bon en avant, en accordant à toutes les races le mêmes statue. Chaque année, les moeurs s'adoucissaient. On voyait dans les rues, toutes les races défilés, du Golgoroth à l'Eycorchés, du Sam'hein à l'Alkylin. La liberté, c'était ce qu'avait apporté à pas mal de monde la Coopération Pacifique. Liberté de pensée ! Liberté d'exister ! Liberté de vivre une vie meilleure, où l'on ne se souciait pas de la famille partie au combat, où les célébrations mortuaires pouvaient se faire sereinement. Zieg se souvenait, des nombreux cadavres. Il s'en souvenait si bien, qu'il pouvait encore les sentir, là nuit, entre ses draps. L'odeur infecte des charniers qui emplissait la pièce, laissant entrevoir à son esprit les fantômes des Grandes Guerres. Parmi eux, l'ombre d'Eylis l'arachnide. Dernière personne qu'il avait désirer, qu'il avait... aimer peut être. Mais il se refusait à croire en un sentiment si abjecte... Il ne pouvait pas exister d'amour entre deux hommes pas ici. Ce n'était qu'une fascination immense, éprouvé par un jeune guerrier en pleine apprentissage devant un maître doué d'un sens aiguisé du combat. Rien que de la fascination...

Atilla lui mordit l'oreille pour le tirer de ses pensées. Elle était grimpé sur son épaule, plus agile que jamais et essayait de lui faire comprendre qu'il était grand temps de partir d'ici. De s'éloigner en laissant tout ce beau monde se débrouiller tout seul. A vrai dire, Atilla n'avait pas les mêmes préoccupations que Zieg. La peur lui tenaillait le ventre, et son petit coeur de Lemuri frappait à cent à l'heure dans sa poitrine. Ses petites moustache frétillaient comme pour murmurer à l'oreille de son ami Hellbereth, mais seul un petit bruit aïgue en sortait, un voix de sourisseau effrayé.

Le discours continua puis l'éycorché à l'aile unique sembla combattre face à un inopportin personnage. Zieg détourna les yeux. Atilla sautilla jusqu'à son épaule gauche. Elle ne l'empêcherai jamais de punir cette homme qui baffouait l'esprit des morts en psalmodiant ainsi. Le Rôdeur était avant tout un homme d'honneur et de principes. Il ne laisserait pas cette homme s'en tirer ainsi.

Au moment, où il voulut se relever pour foncer vers l'éycorché et venir en aide à l'arachnide qui se débattait tant bien que mal face à lui, un objet retint son attention. Un septre pour être exacte. Un blason porté par le sceptre pour être encore plus exacte. Le blason des Mutsunokami. Un flash se répercuta sur les parois de son crâne comme les rayons du soleil dans un couloir de mirroir. Il connaissait cette emblème... il en connaissait la famille, cette d'un Marchand puissant et richissime. Il avait fait de nombreuse recherche à leur sujet. Pourquoi ? Non pas par simple passion historique, mais par vengence. En effet, Eylis, son maître, mort pendant les Grandes Guerres, en plus de lui apprendre les rudiments du combat, lui parlait beaucoup des histoires et coutumes de chaque peuple. Il avait appris le nom des Mutsunokami par son intermédiaire, dans l'un des nombreux livres que possédaient les rebelles. Le savoir avait toujours été la clef du succès. Eylis lui contait donc, que cette préstigieuse famille possédait un sabre du nom de Masamune, aux puissants pouvoirs magiques. Le dernier descendant en date était le seul à avoir pu le manier convenablement. Son nom Valaron Mutsunokami. Son emblème, celui qui se trouvait sur le scèptre du jeune homme réveillait en Zieg une bien plus sombre envie. En effet, cette influente famille semblait contrôler une partie des armées Eycorchés de l'époque qui participèrent au dernier combat dans lequel les Rebelles du clan de Zieg se trouvaient.
Atilla plongea dans le sac à dos de Zieg.


*Eylis ! Je me souviens de cette épée, cette lame grossière plongée dans ton coeur pourri ! Cette lame portant sur son pomeau l'emblème que tu m'avais montré dans tes livres.*

Depuis qu'il avait découvert ce lien, entre les Mutsunokami et les Grandes Guerres, Zieg avait parcourut les Terres d'Initium à la recherche de divers renseignements. Les seuls qu'il avait pu découvrir étaient ceux portant sur les membres de la familles elle-même. Le légendaire Valaron avait eu deux fils. Agée aujourd'hui de 34 et 21 ans. Le jeune homme malgré son allure d'ansurien pouvait très bien être l'un d'entre eux. Ses muscles se rédirent de rage. Il n'avait qu'une envie l'étrangler, le broyer entre ses doigts.

Atilla lui enfourna une petite fiolle dans la bouche. Zieg reprit aussitôt ses esprits, s'apercevant que le jeune homme le dévisageait.



- Catpivant, n'est-ce pas ? " avait-il dit d'un ton aussi froid que le liquide qui s'écoulait à l'instant dans sa gorge.
- Excusez moi pour cette absence ! Je crois bien que..." Il sentit Atilla le chatouiller dans son col. "... que cette blessure me perturbe plus que je ne l'aurais pensé ! Je fixais votre sceptre car je crois remarqué que cet emblème appartient à celui de la famille Mustunokami !" Il fallait la jouer fine. "Êtes-vous Nathaniel, le fils le plus jeune du grand et Majestueux Valaron ?" Le nommé ainsi lui arracha le coeur. Majestueux, mon oeil !

Zieg ne connaissait pas encore l'identité de l'homme qui avait désormais fini de combattre l'arachnide. Il pu aussi s'apercevoir qu'un sam'hein furieux s'attaquait à une Ansurienne combative. A n'en pas douté, il y avait du grabuge partout dans cette ville désormais. Il fallait maintenant jouer le tout pour le tout. Ne pas perdre ce jeune homme porteur de l'emblème, et continuer à chercher à défendre ses propres valeurs.

- Si les rumeurs sont vrai, votre famille possède un grand pouvoir ! Seriez-vous d'accord pour m'aider à combattre cette homme !" Zieg pointa du doigt l'éycorché à l'aile unique.

Un nouvel éclaire lui parcourut l'échine. L'aile Unique. L'unique aile. Il se rappela les lignes du livre d'Eylis.

"... Les individus mutants chez les peuples d'Initium sont le plus souvent issus d'un croisement entre les races, ou bien d'une dégénérescence comme nous pouvons l'observer chez les arachnides ou les Golgoroth..."

Un autre livre traitant de la famille Mutsunokami disait ceci :

"... Valaron, connu pour son maniment de la légendaire Masamune, arme forgée par le puissant Athrel, ne possédait qu'une seule aile. Preuve de son hybridation avec les Clamydes..."

Une seul aile.
L'homme là bas.
C'était Valaron !!!



[HS :Bon je suis parti de façon très libre sur l'histoire de mon personnage pour la recouper avec celle de la famille de Valaron car nous cherchions avec Nathaniel un moyen de continuer notre chemin ensemble. J'espère ne pas avoir trop pris de liberté. Parcontre, je voudrais signalé la ressemblance frappante avec Final Fantasy 7. Sephiroth voulant rassembler les clones. Ici Valaron veut rassemblé ses fils !! Waaaa !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/fiches-validees-f64/zieg-noemak-
Das Irrlicht

avatar

Nombre de messages : 65
Race : Myriennate
Classe : Magicien
Elément : Sépulcral
Date d'inscription : 25/01/2008

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: gitation envahissait la place.   Ven 22 Fév - 17:59

[Das Irrlicht]
[Come Back All !]
[Place Du Marché]





Das titubait.
Violement.
Pour une raison qu'il ignorait, la fille l'avait abandonné.
Le monde vibrait sous lui.
Le chaos était prolifique. Pour tous.
Malheureusement ses pulsiosn menaçaient de prendre le dessus.
tant de sang. De bruit, d'odeur. tant de sensations qui se répondaient. C'était grisant.
Et terrifiant.
Un nouveau frisson.
Il luttait.
Il luttait de toute la force de son âme pour ne pas tuer la prmeière personne qui passait.
Les crises aussi violentes étaient rares...
La dernière remontait à l'assassina de son maître...
Il halletait.
Tout les visages lui semblaient hostiles...
Des soldats se bâtaient.
Le sang, merveilleux nectar vivant appel au meurtre pour le Myriennate, maculait les murs et la terre.
Une odeur de cadavre et de chair brûlée imprégnait l'atmosphère.
Un homme s'éleva lentement dans le ciel
Le mal.
Il exsudait par tous les pores de sa peau.
Il prit la parole d'une voix tranchante et glaciale.

"Vous voyez en cette nuit un véritable cauchemar, dont vous voudriez pouvoir vous réveiller... Mais il n'en est rien. Non, mes amis, il n'en est rien. Ceci est certes l'indubitable réalité, mais surtout, il ne s'agit pas d'un horrible songe : il s'agit d'un signe précurseur d'un grand renouveau. Ce soir, vous avez été témoin de l'avènement d'un nouvel ordre mondial, dont le Synode vous fera prendre conscience et défendra les valeurs, en répendant la justice au nom de la Vertu. Le Synode vous rendra la vue, et vous surviendra ainsi l'illumination et la vérité. Oui, ensemble, nous éliminerons tous les impurs, et instaurerons un monde meilleur, purifié de l'intolérance, des politiques corrompus et de toute nuisance à l'égard de celui-ci. Ainsi nous répendrons la vraie lumière. Le Synode imposera à sa loi sur Initium... Et... Nous connaîtrons alors... La paix."

*Putain !
c'est quoi ce truc*

Le discours de l'homem charismatique lui donnaient la nausée...
L'agitation envahissait la place.


Tiitubant de plus belle, Das percuta un Sam'Hein, et s'écroula sur le mur derrière lui.
Quelle chaleur...

-Ang...? énonça t'il
Il ne put finir.Il leva les yeux au ciel.
L'homme aparaissait dans son champs de vision.
Il falalit qu'il se repose.
Vite.

[Un peu court et je débarque ^^'
tant pis. Je réagirais en fonction de vous pour la suite si on se retrouve Cool]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutsunokami Nathaniel

avatar

Nombre de messages : 40
Race : Eycorché
Classe : Magicien
Elément : Feu
Date d'inscription : 04/02/2008

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 18:09


[ Mutsunokami Nathaniel - Zieg Noemak - Et tout le beau monde ]
[Sur la Place du Marché - Devant l'Estrade]




Nathaniel resta bouche bée. Tout d’abord, ce fameux personnage connaissait toute la lignée de sa famille. Ensuite il connaissait tout une partie de son histoire, de son passé. Et cela l’effrayait un peu, il avait une vague impression d’être mis à nu devant lui, comme si cette personne l’avait traqué, suivie et voulait à tout prix continuer à le suivre. Tout cela transpirait la vengeance à plein nez. Il eut un autre désagrément, il connaissait aussi son prénom et savait qu’il avait un frère. Nathaniel sauta ainsi sur l’occasion…

« - Alors comme ça, tu sais qui je suis, tu connais ma famille, tu reconnais notre blason. Tu vas sans doute t’en aller en courant comme tant d’autre… »

Nathaniel avait dit tout cela d’un ton froid. Il regardait à présent de haut cet homme qui ne lui avait toujours pas dit son nom. Puis il s’apprêtait à continuer à parler quand l’homme ajouta :

« le fils le plus jeune du grand et Majestueux Valaron ? »

Ceci était la goutte de trop, la goutte qui faisait déborder le vase. Nathaniel le fixa du regard, un regard des plus meurtriers qui puissent être, sachant que le plus meurtrier, il le réservait pour son père… Alors quand il prit la parole, il n’aurait pas pu avoir un ton plus glacial que celui-ci.

« - Qui es-tu donc à la fin pour te permettre de juger aussi impunément mon père ? Qui es-tu donc pour le qualifier de majestueux ? Tu ne le connais pas, et cela se voit, et pourtant tu en connais beaucoup sur le passé de notre famille. Comment cela se fait ? »

Le regard de Nathaniel était dur et mêlé de rage. C’était un peu comme s’il voyait rouge. Sa tête tournait, il ne comprenait ni ne savait pourquoi. Un soudain mélange de haine et de colère l’envahit. Cependant, avec le temps, il avait appris à contenir ses émotions, à les masquer, à les transformer en une véritable force et surtout il ne perdait pas le nord. C’est pourquoi il enchaîna sur un sujet qui le tenait vraiment à cœur : son frère.

« - Dis, toi qui connais toute histoire, que sais-tu à propos de Sérentei Mutsunokami ? Je dois savoir. Si tu sais quelque chose à son sujet, dis-le moi. »

A travers sa voix, ce que Nathaniel avait laissé transparaître, c’était comme de l’admiration mais aussi un profond intérêt sincère. Ces paroles ne pouvaient que toucher celui qui les écoutaient, s’il avait un cœur…

* Hum, il veut s’en prendre à mon père ? C’est qu’il ne sait pas ce dont il est capable… Il vaut mieux que je m’en charge, ça risquerait de mal tourner sinon… *

« - Non, je ne le veux point. C’est insensé et déraisonné. Tu ne sais pas ce qu’il peut faire, ce dont il peut avoir recours afin de manier les autres. Je ne te connais pas mais je sais parfaitement que tu ne vaux pas la peine de mourir pour lui, ni pour ses idées farfelues… Ce n’est pas de la bonté de ma part, c’est juste que moi-même, je sais que je n’aurai pas assez de pouvoir pour le tuer mais peut-être arriverais-je à le blesser. Mais le plus important pour le moment est que je retrouve mon frère. »

Nathaniel n’était pas altruiste. Il pouvait même être manipulateur à souhait, mais il ne laisserait personne mourir de la main de son père. C’était une question de principe. Il tendit la main à l’homme qui se trouvait en face de lui et arriva à lui décrocher un sourire malgré toute la rage qu’il avait en lui.

Nathaniel ne ressentait pas que de la haine pour son père. En effet, l’amour et la haine sont semblables. Peut-être était-ce alors seulement un subtil mélange des deux. Oui, il l’aimait sûrement même s’il lui en voulait pour son frère. Oui, il l’aimait assez pour le tuer de ses propres mains et ne pas avoir recours aux services d’un assassin. Cela prendrait du temps, beaucoup de temps mais il y arriverait. Cela prendrait du temps, surtout pour l’acquisition de plus de pouvoir et un meilleur contrôle de sa magie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ajam'Aelo Arkhxas
¤ Thélusien ¤
avatar

Nombre de messages : 122
Age : 28
Race : Myriennate
Classe : Mage libre
Elément : Vent
Date d'inscription : 24/07/2007

Feuille de personnage
Âge: 19
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 18:37

Arkhxas fut tenté de rejoindre la jolie guerisseuse qui tentait de mener les recherches et sauver le maximum de monde. Mais les détonnations et les fracas et débris l'empèchèrent de courir vers la large rue de l'Est.
Et parmi les cris, les destructions et les blessés, se faisaient face deux hommes. Le jeune Myriennate pouvait a peine les voir, a travers les débris tombant encore et la poussière épaisse, mais il put reconnaitre des brides de leur répliques.


"....le Gra... du Synod...d'un signe précurseur d'un grand renouveau !!"

Une autre voix venant de couper le premier monologue... Une voix connue par le jeune magicien désormais...

"...témoin de l'avènement d'un nouvel ordre mondial....Oui, ensemble, nous éliminerons tous les impurs, et instaurerons un monde meilleur, purifié de l'intolérance, des politiques corrompus....Le Synode imposera à sa loi sur Initium... Et... Nous connaîtrons alors... La paix."

A travers les nombreuses "bangs", "boums" et "clangs" retentissants dans toutes les rues adjacentes et au dessus de leur têtes, Arkhxas reconnu cet être néfaste, au chef démesuré. Ce traitre était-il responsable de ses désagréments, il devait le savoir....

Il banda son arc, et retourna proche du reste de la fontaine centrale, qui offrait encore ses jets d'eau timides et cristallins. Il n'allait pas tardé a appraraitre.

* Le Sinnode.... Qu'est-ce que c'est ?... Le groupe a la base de tout ça ? Tu vas parler pourriture...*

C'est la qu'il regretta bien dee sortir de sa campagne profonde.... Ne rien connaitre des guildes secrètes etc... qui sévissaient dans les profondeurs des mondes heureux et crédules de la cohésion pacifique l'exaspéra profondément. Mais il n'eut pas le temps de de soupirer, puisque la rue ou apparaissait son ancien congénère s'ouvrait a lui...

_ Parles, qu'est-ce que le Sinnode ? C'est toi qui as fait tout ça ?! Parles !, hurla-t-il a l'adresse de l'homme en noir qui hurlait a la mort en face de lui. Tu comptes encore t'enfuir ?

Du peu qu'il en avait entendu et comprit, il savait juste qu'il pronait l'ordre mondial, et surtout régit par eux même, évidemment. Mais que dire de leur nouvel organisation politique qui devrait libérer les peuples "asservis" et sauver la "paix" ? Certes, jamais le jeune être ailé ne pensa bien de cette "paix" artificeielle, dictée par quelques personnes pensant bien faire, ordonnant que tout le monde devenait bon d'un coup. La guerre n'est jamais une bonne solution, sa phrase fétiche devenant "qu'il faut une certaine dose de stupidité pour être soldat", une grande femme avait du dire ça... Mais, ce genre de décision n'avait jamais réussit a persuader le jeune homme, malgré peut-être les meilleures sentiments... Mais a quel point voudrait-il changer tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Ajam-Aelo-Ar
Maelianna Audulan
¤ Thélusienne ¤
avatar

Nombre de messages : 223
Age : 30
Race : Lunarticiah
Classe : mage blanc
Elément : nature
Date d'inscription : 25/03/2007

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Ven 22 Fév - 19:13

[Maelianna Audulan - Grey Korahm - et tous les autres]
[Place du marché]


-Meelie... Tu... Tu peux le sauver?


Le kluth'en était vraiment salement amoché. La Golgoroth avait eu le bon reflexe de comprimer la blessure pour ralentir l'hémorragie... mais la quantité de sang présente sur le sol ne présageait rien de bon. Meelie se mordit la lévre, si bien qu'un goût acre emplit sa bouche.

- En tout cas je vais essayer.... Quand à toi, regarde dans mon sac, il doit y avoir quelques bandages : sert-toi en pour les plaies de madame pendant que je m'occupe de son ami...

Meelie déposa délicatement le Kluth'en au sol et se mit directement au travail : un halo bleuté et brillant entourait à la fois les mains de la lunarticiah et la gorge lacérée du blessé. La blessure, bien que gravissime, se referma tous comme les autres. Mais la jeune femme gardait un air soucieux : il avait perdu beaucoup de sang et il était peut-être trop tard pour lui... les prochaines heures allaient être difficiles...
elle sortit ensuite quelques feuilles des profondeurs de son sac, ainsi qu'un bol et un pilon, et malaxa fébrilement les végétaux jusqu'à obtenir un genre de bouillie peu ragoutante qu'elle tendit ensuite vers la Golgoroth :

- Vos blessures sont impressionnantes mais elles ne mettent pas votre vie en danger. Ces bandages permettront d'arrêter les saignements ; en attendant, restez immobile et tout ira bien pour vous. Quand à votre ami... faites lui boire ceci, lentement, et faites lui profiter de votre chaleur : c'est la seule manière de le maintenir en vie jusqu'à ce qu'on puisse vous evacuez en lieu sur. Que les dieux vous protégent...

La jeune femme s'eclipsa en lançant un sourire qui se voulait rassurant. En vérité, la lunarticiah était au bord de la crise de nerf. L'état de tous ceux coincés ici restait sa principale priorité mais elle était à deux doigts de craquer, la scéne se jumelant sans cesse au massacre dont elle fut témoin alors qu'elle était une filette. Mais Grey lui permettait de tenir le coup. Sa seule présence galvanisait le moral de la jeune femme et lui permettait de continuer d'avancer.
Ils se rapprochait toujours plus de l'estrade, ou plutôt de ce qu'il en restait. Et c'était de pire en pire à chaque pas. Des gens se trainaient au sol, mutilés, gravement blessés, des femmes, des vieillards, des gamins, de toute race et de tous les horizons. Les flammes dévoraient tout ce qui se trouvait sur leur chemin, ne faisant pas de distinction entre morceaux de bois et populace. Avancer devenait trop ardue. Qu'à cela ne tienne : un geste de bras, quelques mots murmurés, et une trombe d'eau eut tôt fait de les éteindre. Mais au délà, il ne restait pas grand chose que les flammes avait épargné... une odeur de chair calciné flottait dans l'air à en donner la nausée. La jeune femme fit le tour et dut se rendre à l'évidence : il n'y avait aucun survivant à proximité de l'estrade.
La lunarticiah s'affaissa sur le sol, ses jambes subitement devenues flageolantes. Celle-ci se pencha en avant pour vomir : c'était beaucoup à supporter pour elle, peut-être trop.

_________________
"Vivre pour ceux que l'on a perdu... et pour ceux que l'on ne veut pas perdre..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Maelianna-Au
Mutsunokami Serenteï
¤ Thélusien ¤
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 1929
Race : Eycorché
Classe : Barde
Elément : Ténèbres
Date d'inscription : 29/09/2007

Feuille de personnage
Âge: 34 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: J'avoue n'avoir que sommairement lu ce qui s'était passé   Sam 23 Fév - 1:37

[Place du marché]


Mutsunokami Valaron. Les informations qu'il avait reçut étaient donc exactes, il était sur le point d'accomplir un grand méfait. Tout le monde courrait en tout sens, cherchant refuge et réconfort. Tout le monde sauf quelques personnes qui s'organisaient de bien originale manière autour de l'auteur de ces catastrophes. Certains semblaient vouloir tenir tête à cet homme qui se disait justicier alors que d'autres au contraire devaient être les ses hommes de main, prêts à le protéger au péril de leur vie. Aucun œil non avertit ne pouvait les remarquer. Serenteï tenta de se frayer un chemin à travers la foule grouillante en folie. Il prenait des coups d'hommes plus pressés de sauver leur vie que celle des êtres qui leur étaient chers. Plus d'une fois il prit des coups dans le torse de personnes qui ne regardaient pas droit devant elles mais il n'en ressentait pas la moindre douleur. En tant qu'Eycorché il avait l'habitude de souffrir. Laissez moi passer ! Père qu'avez vous fait ? Pourquoi avoir recours à de telles extrémités. Il se dirigeait en suivant les indications de son aigle qu'il portait sur l'épaule. Par de petites piqures dans l'épaule il lui indiquait s'il devait aller à droite ou à gauche. Le code de langage était assez simple mais suffisant pour substituer au sens qu'il n'avait plus.

Enfin il arrivait au niveau de son père qui s'élevait haut dans les airs pour couvrir une large zone et attirer le maximum d'attentions. Il ne levait pas la tête vers lui car il ne ressentait aucun besoin de le faire, étant aveugle il ne verrait pas mieux son père. "-Père ! Vous prenez une voie qui vous poussera à commettre des crimes plus grands que ceux dont nous sommes victimes! Ne nous abaissons pas à cela." dit il la voix incertaine et pleine de tristesse. En son père il croyait aujourd'hui voir un criminel. La rancœur qu'il éprouvait à l'encontre des peuples qui les mal-traitait était grande, jamais il n'oublierait ce qu'il avait enduré à leur contact, mais elle n'était pas à la mesure de celle de son père. Ce dernier avait cultivé toute une idéologie de ce sentiment, à tel point qu'il ne vivait plus que par cela. Il était tellement aveuglé par ce qu'il avait construit qu'il avait sombré dans une folie. La folie est une chose dangereuse chez un sujet dans les normes, mais c'était la pire malédiction lorsqu'elle atteignait quelqu'un comme Valaron. Cet homme disposait d'une essence divine monumentale ce qui le rendait invincible. De plus les esprits de la famille de Mutsunokami étaient tous là pour le soutenir à travers la légendaire Masamune.

C'était donc pour assister impuissant aux meurtres et aux destructions de son père qu'il était venu. Il avait traversé le désert de Ptah Otep pour contempler le désastre. Il ne savait pas de quel genre de catastrophe il avait parlé dans son message car il était resté très évasif dans ses propos, mais jamais il n'aurait put croire qu'une chose aussi abominable se déroulerait. Voici la conclusion de son existence, il n'était que le spectateur des évènements qui se tramaient autour de lui. Désœuvrante conclusion qui résumait pourtant bien sa vie ces dernières années. Il s'était retiré en ermite, refusant le plus de contact possible. Traumatisé par l'attaque et la perte de la vue il avait perdu goût à la vie et prenait peur lorsqu'on l'effleurait seulement. Pour cette raison il s'était exilé du foyer familial et n'avait put se rétablir du choc psychologique que grâce à de longues heures de solitude et un soutient d'Heracles, son aigle.

Il y avait longtemps qu'il n'avait pas vu un membre de sa famille et il avait espérait les revoir dans de meilleurs conditions. La seule nouvelle qu'il avait eut d'eux était cette lettre accompagnée de monnaie qui lui indiquait les plans de son père.
Et il était partit sans se poser plus de questions. Surement pensait-il le convaincre de cesser cette folie mais il ne se doutait pas des changements intellectuels de son père depuis leur dernière discussion. Souvent ils avaient eut de longues conversations mais jamais aussi intense que celle qui précéda le départ de Serenteï. Il se conduisait en être particulièrement humain et lucide dont aucun conseil n'était à négliger. Mais aujourd'hui il ne paraissait plus qu'un fou dont l'envie de tuer était égale à son fanatisme. C'était ainsi que le percevait son fils. L'envie de pleurer prenait soudain l'aveugle qui ne pouvait pourtant verser une larme. "-Où est passée votre sagesse et votre vertu? Qu'avez -vous fait de vous même?" hurla t-il alors sans se soucier de qui l'observait ou qui parlait en même temps que lui. Il était entré dans une transe qui le coupait des réalités. Il ignorait tout du reste et n'attendait plus qu'une réponse de l'homme qu'il agressait verbalement.

Toujours sur son épaule l'aigle commençait à s'agiter. Il décolla et vint se poser sur celle de Valaron. Cet oiseau lui avait été offert par son père. Surprit mais aussi perdu sans ce qui était pour lui le seul moyen de voir il paniqua et se déplaça aléatoirement. Il tomba sur une des personnes qui suivaient Valaron et soutenaient ses actions et ses idées. Il se tint à elle pour se redresser et la lâcha d'un air dégouté. Il ne voulait pas provoquer la personne ni n'avait touché quelque chose de désagréable de la main mais il était tellement frustré de n'être plus capable de rien qu'il aurait réagit de la même manière en touchant son aile. Incapable de retrouver son calme il s'agenouilla violemment au sol.

Il l'avait vu juste avant qu'il ne commette l'irréparable, lui et cette femme qu'il venait de bousculer. Il aurait put éviter le pire s'il avait été plus courageux. En effet il avait reconnu l'odeur de son père. Ce souvenir qui ne le quittait plus. Il avait un odorat fin et il n'aurait eut aucun mal, avec l'aide d'Heracles, à l'atteindre. Mais la peur l'avait tétanisé et il s'en était retourné cacher avec plus ou moins d'habileté dans les stands de la place.Il ne savait pas comment lui adresser de nouveau la parole après tant d'années passées et un si effrayant message. Il n'aurait put que lui bredouiller d'absurdes paroles superficielles. Peut-être son père ne l'aurait il même pas reconnu. Il avait bien changé en 17 ans. De plus Akynor Aurait voulut savoir s'il l'avait trouvé et il aurait été obligé de lui mentir afin de ne pas avoir à répondre à l'affreuse question qu'il redoutait tant de sa part : "Dois-je me changer de lui?" Ou quelque chose y ressemblant. Serenteï ne pouvait se résoudre à choisir de tuer ou non son père. Du moins il ne le pouvait à cet instant.

Mais maintenant tout était différent. La rage et l'incompréhension lui donnait une force qu'il ne comprenait pas. Il se saisit de la première arme qui lui tombait sous la main, celle d'Astarosche Asran, et s'élança vivement vers son père. Il utilisa l'arme comme projectile et l'envoya virevolter sous le nez de Valaron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Ame-inspiree
Touik Gzy Wulfiim
* Vagabonde *
avatar

Nombre de messages : 88
Age : 27
Race : Ansurienne
Classe : Réveuse
Elément : Eau
Date d'inscription : 20/01/2008

Feuille de personnage
Âge: 22ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Sam 23 Fév - 12:10

[Place du marché, as usual]





- Je présume que si je te l'emprunte deux minute ça ne te dérange pas ?
- Si, vois-tu. Cet homme vient de faire exploser des gens, et je veux savoir qui est ce type qui lui a ordonné de faire une telle chose.
- Ah oui ? Moi aussi je veux savoir...

Pas content le Sam'Heins. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, mais il avait éveillé sa curiosité : cet ansurien tremblottant serait un méchant terroriste ? Un type du Synode donc. Ça tombait bien : le discour de l'eykorché l'avait intrigué. Elle ne dirait pas non à un peu plus d'informations sur le sujet. Elle jeuta un coup d'oeil à la scène de massacre qu'était la place du marché. Oui c'est vrai, tout ceci était horrible... Mais tous ces gens, elle en les connaissait pas et ne se considérait pas comme l'une des leurs. Pas de pitié. Ce sentiment est tellement misérable. Les aider, pourquoi pas. Mais les pleindre, jamais. Ce n'était pas l'opinion de l'être de feu. Enfin, il voulait savoir qui était l'orateur, la même chose que Touik en somme. Ils avaient juste des méthodes un peu différentes. Des finalités pas tout à fait semblables non plus. Elle n'eu pas le temps de débattre avec Gzy sur la bonne façon de mener un interrogatiore : le type au bandeau lui avait attrapé le poignet stoppant du même coup l'aide qu'elle voulait si généreusement offrir à l'homme rampant toujours à terre. Sa poigne était éffroyablement chaude ! La main de l'ansurienne se crispa, ses dents se serrèrent. Instinctivement elle agrippa le bras de son agresseur. En général cela perméttait de tordre sans trop de difficulté le poignet. Mais sa paume ressentit instantanément la brulure et elle lâcha prise. Sans savoir trop comment elle se retrouva à terre aux côtés de son congénère.

*Poukräm ! Ça brule !*

- Ta fille se languie de toi, glissa t elle à l'ansurien puisqu'elle était à son niveau à présent.

*Touik... Oui je sais, tu as envie de te battre c'est ça ?... Je me débrouille mieux que toi pour ce genre de choses... C'est bien parce que y'a plus de trappe pour me sauver la mise...*

Le corps de Touik fut parcouru d'un spasme. Elle resentit ce frisson si désagréable, quelque chose la tirait en arrière, elle se retrouva tétanisée, privée de tout contrôle. Elle se vit saisir la lame caché dans sa botte, elle sentit ses doigts se refermer sur la garde. Mais ce n'était pas elle qui ordonait tout cela. Gzy était désormais maitre à bord.

*Fais ça vite Gzy. J'ai pas l'habitude de ce genre de chose, me faut de l'Ihnroë... Calme toi, tu vas me géner sinon, ne t'inquiéte pas petite soeur, j'assure et tu reprends les commandes direct.*

Des deux, Gzy était celle qui maitrisait le mieux l'art du combat. Il faut dire qu'elle avait eu le temps de s'entrainer depuis leur plus tendre enfance. Pas que Touik se débrouille vraiment mal, mais le talent de sa soeur pour la bagare était assez exeptionnel. Les mouvements de la jeune femme s'accélérèrent sensiblement. Elle roula sur le côté pour s'éloigner un petit peu du Sam'Heins et retrouva une position accroupie. Elle aurait surement pu s'écarter à cet instant mais elle voulait tenter de gagner du temps pour la fuite de l'autre. Elle sauta littéralement à la gorge de l'homme, toutes griffes dehors et surtout piognard au poing. Il n'eut aucun mal à la stopper, mais pas à l'immobiliser. Elle réitéra ses assauts, en prenant garde à se placer toujours entre lui et l'ansurien. À droite, à gauche, le fil de la lame sifflait et fendait l'air. Ses offencives étaient rapide et précises. Pas assez toutes fois. L'équilibre mental était des plus dificile à maintenir sans l'aide appréciée de la drogue. Sans que la riposte soit aisée, il réussisait tout de même à parer.

*Gzy, je ne peux plus tenir... Laisse moi encore une minute !*

Elle réussit à placer un coup, dans le flan de son adversaire. Mais la lame n'entailla qu'à peine le peau de l'être volcanique : elle n'avait plus de force. Il se contenta de lui todre légèrement le bras : elle lacha son arme et tomba à genoux. Les spasmes revinrent... Une seconde d'absence.

*J'ai pas tenu cinq minute. Pathétique ! ... Non t'as tenu dix. Ça valait le coup d'essayer, il se défend bien aussi... Pourquoi on se bat avec lui ? ... Par principe... C'est bien ce que je dit, pathétique... Pour s'amuser alors ? ... On a perdu au jeu... Attends de voir la revanche... Pas aujourd'hui, je pourrais pas...*

Une envie de vomir, une envie de noyade. Elle releva la tête vers e Sam'Heins non sans difficulté.

*La prochaine fois je te démonte ! ... Gzy, tu me fais mal...*

Elle tenta de se relever mais n'y parvint pas. Il lui faudrait quelques instants avant de récupérer la maitrise de ses membres. Elle baissa la tête et fixa le sol, un bras solitaire arraché à son propriétaire lors de l'explosion trainait non loin, comme un joué cassé.

- Ça suffit. Ça sert à rien... J'arrive pas...

Nouvelle crise de tremblements.

- Pas la peine. Pas ce soir.

Les autres... Ils n'étaient pas loin. Ne pas les laisser remonter, ou se serait la mort, le coma à la limite. Elle avait surestimé ses forces. Après tout, elle courait depuis ce matin dans tous les coins de la ville alors qu'elle n'avait pas encore récupérée du voyage jusqu'à Mélandre. Elle savait repoussé la fatique, l'ignorer. Mais contre l'épuissement, toute volonté est inutile. Ou bien de la volonté en poudre, par intraveineuse...

- Tu as gagné cette fois on dirait.

*Merde, c'est un combat de dix minutes qui me met dans cet état ?... Touik, ils remontent, ne les laisse pas ! ... J'en ai besoin. Pouquoi ? Ça fait plus de cinq ans qu'on a arrêté... Ne les laisse pas !*

Cinq ans ou pas, son corps réclamait le soulagement des soins de Isha. Ses yeux se fermerent doucement. Son crâne la brulait...

- Je sais bien que je suis pas en position de réclamer quoi que ce soit... J'aime pas quémander... J'en ai besoin... Isha...

Le noir se fit autours d'elle, le silence aussi. Elle ne vit pas le petit Kill'Yann sortir de derrière le muret où il s'était caché et s'approcher timidement.

*Touik, pas maintenant... Ce fut une journée amusante...*

Même Gzy parraissait lointaine. L'ansurienne se fit violence. Il fallait s'écarter, retrouver les Lépreux et le réconfort. Mais elle rampait dans le néan. Elle perdit connaissance, là, sur le pavé froid et tachée de sang.



[Ouaip crevée, ouaip ça se ressent beaucoup dans mon rp ^^'... Je ferais mieux la prochaine fois.
Angal, va faloir qu'on attende Ayesha, et donc dimanche ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/la-maison-du-recensement-f44/tou
Astharosche Asran

avatar

Nombre de messages : 56
Race : Thiel
Classe : Primat du Synode/Alchimiste
Elément : Métal
Date d'inscription : 17/02/2008

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Sam 23 Fév - 19:19

[Place du marché]

Il existe certains jours comme celui-ci, où il serait hautement préférable de ne pas sortir, de ne pas se montrer. Pourquoi? Car la démence elle-même foule les pavés tordus et durs de la place du marché de Mélandre, ceux que les pas des soldats, les courses attives et effrayées des pauvres habitants et autres véhicules moyen-âgeux moulèrent sur leur passage. Et oui, la folie était partout et elle avait notemment trouvé la plus splendide des consistances en l'image d'une personne peu anodine, assez provocante, au moeurs certainement peu louables et défrisserant les quelques rares cheveux se trouvant sur la tête d'un prêtre de bonne foi. Et encore, cela n'est que peu dire...car les mots et images usés présentement ne sont que bien trop peu fort pour exprimer cela. Néanmoins, il était toujours surprenant de constater les belles formes que pouvaient prendre les choses mauvaises, comme la mort, la tristesse, la sottise et bien entendu la folie. C'était un grand paradoxe assez mystérieux mais tellement plaisant... mais il fallait être assez fou pour les aimer...

Vous vous demandez bien qui cela se peut-être? Voyons! C'est l'évidence même! Asthoarosche! Astharosche Asran! Pauvres mécréants! Vous ne connaissez donc pas encore son nom? Cela ne serait tardé petits ignorants... et les Dieux seuls savent que vous regretterez alors de ne pas avoir su... Et oui, il est bien connu qu'il est indigne de tout individu de froisser l'égo d'une jeune femme en fleur, surtout que la sanglante démence qui prenait dans ses grands bras la place du marché n'était qu'une douce brise comparée à la colère qui pouvait animer les chairs tendres et pâles de la thiel sus-nommée.

A cet instant, Astharosche, alchimiste de surcroît, était également dans l'ombre d'un futur grand homme, bien qu'à ses yeux, il n'incarnait que tremplin pour l'emmener sur les chemins de l'ambition. Cependant, elle lui reconnaissait un certain charisme et une idéologie palpitante, sans limites ni interdit. Tout ce qu'elle désirait en somme. Après tout, pour être prisionnière des règles de personnes ne voyant pas plus loin que le bout de leur nez, lui inhibant ses talents car ils en avaient peur et prenaient ombrages de ses recherches qui allaient toujours plus loin... Mademoiselle Asran avait toujours dit d'elle-même qu'elle incarnait un futur qui méritait de voir le jour... Qui était donc l'individu qui, finalement, ouvrir la porte d'une future gloire à venir? Mutsunokami Valaron. Un bien vilain nom, non? Mais bon... au moins, le personnage en lui-mêm avait plus de prestance que celui-ci... En tout cas, ce fut ainsi que la thiel jugea la chose la première fois.

Nous disions donc... ce jour là, notre alchimiste se trouvait dans l'ombre de ce quinquagénaire. Elle trouvait cela d'un ennui... mortel. Il y avait du monde partout, criant, gesticulant... une véritable pollution pour ses oreilles délicates. Heureusement, le son des armes s'entrechoquants, le métal scintillant, les bruitages poisseux et gluants d'une lame traversant la chair sous l'expiration de son nouveau fourreau, sussion morbide de l'épée que l'on retire d'un corps déjà mort dont l'âme si fragile venait de le quitter pathétiquement sonnaient comme une mélodie d'autrefois aux oreilles de la belle. Une véritable symphonie de bataille et de pures folies qui fit naître une esquisse délicieuse sur les lèvres sensuellements rosées d'Asthoarosche. Sadique? Possible...et puis, tant que c'était les autres qui prenaient chers, elle n'allait pas se plaindre. Après tout, ils étaient tous présent en leur âme et conscience. Elle ne pleurerait personne, ses larmes sont bien trop coûteuses pour ses insignifiantes fourmis.

La thiel suivait alors tranquillement le grand pontife, elle qui n'était alors réduite qu'à n'être encore qu'une subordonnée. Mais Valaron était puissant, voilà ce qui l'avait attiré chez ce marchand là... donc en attendant, elle prendrait son mal en patience. En tout cas, ce qui surprenant au premier coup d'oeil était l'allure de la demoiselle qui n'était pas le moins du monde approprié à la situation. En effet, alors que les rues se voyaient innondées de sang et d'hurlement, elle était habillée élégamment, comme si elle sortait d'une soirée mondaine. Délicats volants d'un mauve attendrissant, bustier tissés dans une maille en métal souples mêlé à des fils traditionnels mettant deux atouts non négligeables en avant, déployant une gorge exquise au nombreux colliers clinquants, un jupon qui laissait apparaître deux longues jambes fuselées dont les pas rythmaient une démarche sensuelle, des cuissardes montant aux genoux... Enfin, il n'y avait rien de bien guerrier dans cet accoutrement. De plus, ses longs cheveux d'argent lui ruisselaient le long de ses épaules fines, et une mèche rougeoyante voilait son regard doré. Il était clair que cette jeune femme là n'était pas une personne quelconque. Dans son dos, on pouvait déjà percevoir une longue lance d'une belle esthétique qui collait difficicilement à son allure. Comment une femme aussi fine pouvait manier pareil objet barbare? Nous ne tarderons pas à le savoir...

Alors que Asthoarosche percevait le monde avec dédain et indifférence, la voix de Valaron la ramena à la réalité. S'amuser lui disait-il? En guise de réponse immédiate, elle ne fit que hausser les épaules, avant que sa voix sombre vienne briser son mutisme.

" Mmmm... m'amuser... Ces gens là ne méritent pas de me servir de jouer ou de divertissement... néanmoins, nous allons faire avec cela... Peut-être que l'on peut en tirer quelque chose... Qui mieux qu'une alchimiste ne sait qu'il ne faut pas se fier aux apparences..."

Eut-elle à peine le temps de terminer son petit discours, que Valaron partit en bataille contre un autre individu qui ne l'intéressait pas. Cependant, trois soldats, trop présomptueux à son goût, lui fit fasse. Mon dieu qu'est-ce qu'ils étaient vilains cela! Leur odeur pestillantielle, la sureur ruisselant sur leur front lui donnaient la nausée... Beurk! Il fallait s'en débarrasser au plus vite!! Le monde ne pouvait se permettre d'avoir des créatures aussi répugnantes!!

Asthoarosche semblait néanmoins un peu dépitée, soupirante et lassive, mais elle leur adressa brièvement la parole.

" Bien. En règle générale, je n'aime pas perdre mon temps. Nous irons droit au but. Bienvenue en enfer messieurs! Vous allez avoir un allez simple pour les entrailles du monde, j'espère que votre séjour se passera dans la douleur et les cris. Ho! J'oubliais... je me nomme Astharosche, je suis votre hôtesse pour le voyage... et le dernier doux visage que vos yeux répugants pourront voir de leur vie. "

Là, un large sourire illumina ses traits quand elle leva le bras pour se saisir de sa lance. A ces paroles, elle la pointa sur l'un des soldats, qui, gonflé de rage, fonça sur la demoiselle. La thiel ne semblait nullement bouger d'un cil... Mais alors que son adversaire continuait, brandissant son épée dans sa direction, elle le laissa le traverser. Un don pratique qu'elle devait à ses aieuïls. Mais alors que le soldat venait à peine de comprendre la nature de la jeune femme et qu'il stoppa sa course, une large lame lui transperça le torse. Astharosche venait de le surprendre. D'un grand geste, elle la retira, et le corps retomba lourdement.

" Et un de moins... Bien... le prochain à voyager sera?? "

Ce fut alors qu'immédiatement, un deuxième soldat, plus téméraire apparemment, l'affronta aussi directement mais sa fougue et sa prudence était plus réduite. Lance contre épée. Un combat intéressant... Mais la souplesse du poignet et l'habitlité d'Asthoarosche déconcerta le jeune homme, laissant entrevoir une faille dans sa défence. Hop! Et un coup dans l'épaule. Celui-ci poussa un cri déchirant de douleur. Puis enchaînant, elle donna un coup du manche de son arme derrirère les genoux de celui-ci qui chuta, lâchant sa propre lame et tenant sa plaie ouverte de la main. La thiel le voyait alors trembler, son teint pâlir, alors que son sang se déversait de son épaule. Face à ce spectacle, elle soupira, secouant la tête négativement.

" Lamentable... "

Sur ce, notre alchimiste s'avança vers le soldat et le regarda de haut, alors qu'il se pensait à genoux. Un sourcillement puis elle avança encore un peu plus. Quand brusquement, elle lui donna un coup de pied dans la figue, le rejettant alors an arrière que le dos, sonné. Un autre cri de douleur, le bruit des talons de la dame sur le pavé qui s'approche à nouveau de sa victime. Du bout du pied, elle lui détourna la tête, avant de donner un coup brusque. La nuque se brisa.

" Ce jeu devient lassant..."

Il n'en restait à présent plus qu'un et pour celui là, elle ferait preuve d'un peu d'imagination. Mais allez savoir pourquoi, mais cet individu là était le moins fringuant des trois. Il tremblait comme une feuille, c'était encore plus pathétique que tout ce qu'elle avait pu entevoir sur cette place.

Brièvement, elle guetta le pontife de l'oeil qui semblait parfaitement avoir les choses en main, puis s'en retourna vers son premier sujet d'attention. Tout sourire, elle replaça sa lance dans son dos, comme si elle montrait qu'elle ne se montrerait pas hostile pour le soldat. D'une marche nonchalante jusqu'à arriver à ce pauvre bougre immobile. Et énigmatiquement, elle le prit dans les bras, comme une mère avec son enfant. A voix basse, elle lui susurra ces quelques mots.

" Tu es le plus lamentable des trois... tu me fais tellement pitié que je vais d'accorder une mort plus douce. Mais sache que tes souffrances seront plus grandes dans l'autre monde pour ta lâcheté. "

Brutalement, alors que rien ne semblait s'être produit, les yeux du derniers soldats s'exorbitèrent. Il fut pris de convulsion. Ce fut alors que lentement, Astharosche recula. L'armure de l'homme était alors déformée, des pics métalliques en forme d'aiguille s'étaient moulés à travers elle, transperçant de plusieurs part le corps de celui-ci. On pouvait même dicerner dans son dos, le bout de celles-ci dont perlait des goutellettes de sang. C'était ce qu'elle appelait l'embrassade de la Veuve noire. Il était toujours amusant de donner un aspect poétique à la mort.

Mais alors qu'elle s'apprêtait à reprendre son chemin parmi la foule et leur bourdonnement incessant, elle se fit soudainement bousculer par un individu, dont les mains se firent assez baladeuses, bien qu'il était aisé de se douter que cela était accidentel. Mais que neni!!! On ne touchait pas Astharosche ainsi!!! C'était un sacrilège, une honte, une infamie, un blasphème! Ces choses là ne se faisaient que lorsqu'elle en donnait volontier la permission. Cependant, elle se surprit à constater qui était cette personne... son allure, sa race, ses traits familiers... Et zut! Elle ne pouvait se permettre de le faucher. Il était le fils du grand patron...

Fronçant les sourcils, se moquant de constater que ce jeune homme était assez désorienté, elle ne put s'empêcher de se laisser prendre par la colère.

" Pauvre fou! Si tu n'étais pas celui qui porte Son nom, je te trancherais les mains sur le champ pour les avoir posé sur moi aussi impunément! "

Bien évidemment, elle faisait référence à Valaron. Mais alors qu'elle se remettait à peine de ses émotions, ce satané bonhomme osa, oui osa, poser à nouveau la main sur elle, mais pas de la manière que l'on croit, en subtilisant sa propre lance!!! C'était un sacrilège encore plus grand! La lance de Lug ne devait être touché par personne, sauf elle! Il venait de la souiller de ses mains impures! Pauvre fou! La démence était véritablement parmi eux vraisemblablement.

" Mais c'est qu'il tient vraiment à mourir de mes mains!!!! Si je ne connaissais pas ton père, je te tuerais!! Je te tuerais!!! Ma lance!! Que tu sois maudit! Pauvre cinglé! Ma colère n'aura de semblable que celle des furies! Comment avoir osé cela! Haaaaaaa! "

A cet instant là, Astharosche était en train de connaître la furstration pure et dure. Elle sentait ses poings lui picoter et une envie montante de venir les soulager sur le visage du fils de Valaron. Mais tentant de reprendre son calme, d'un pas déterminé, elle s'en retourna vers le Pontife, très désapointé. Il n'avait pourvu son fils d'aucune éducation! Père indigne!
D'ailleurs, Serenteï, se trouvait sur son chemin. Ho que l'envie de le poignarder la saisit, cependant, elle ne fit que passer à travers lui grâce à son don brumeux. Là, elle tendit énigmatiquement la main, et la lance solide se mit à fondre, formant une flaque argentée sur le sol qui soudainement serpenta sur le pavé jusqu'à parvenir au pied de Astharoche qui acheva sa course. Son arme se reforma simplement... enfin simplement, c'était peu dire. C'était comme si le metal prenait vie avec la thiel. Mais qu'importe son talent présent, elle était extrêmement remontée... Autant dire que certaine personne allait être la victime de sa colère...


[edit Loth: je tenais simplement à préciser -mais tu pouvais pas le savoir- que les soldats Arrènois, bien que nettement inférieurs à tes talents de guerrière, ne s'attaqueraient jamais à un ennemi un par un ^_^ ils attaquent comme un seul, c'est de cette façon qu'on leur apprends à se battre (je vais ptètre en faire un article...). Donc bon à toi de voir si t'as envie de modifier ça ou pas, rien ne t'y oblige.
à part ça, je crois bien que tu as tué 4 soldats alors que tu n'en compte que 3 =_O mais jme suis ptètre gouré]

[edit Celesti Vox : Hmmm c'est vrai que c'est un peu gros le coups des gardes venant séparément hihi ! mais c'est pas grave ^^ Elle a eu de la chance de tombé sur des débiles :p ! sinon je vois aussi avoir noté un problème de nombre xD ! Mais c'est pas trop grave non plus ^^ Si tu vois ça, efface nos Edit :p]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/fiches-validees-f64/astharosche-
Mutsunokami Valarón

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 30
Race : Eycorché
Classe : Grand Pontife du Synode / Chevalier du Chaos
Elément : Sépulcral
Date d'inscription : 23/12/2007

Feuille de personnage
Âge: 50 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Sam 23 Fév - 20:49

[Plce du marché, avec Astarosche et Serenteï]

Les évènements commençaient peu à peu à se décanter. La foule était certes toujours aussi présente et envahie de cet esprit de panique, qui cette fois-ci, s'apparentait plus à une sorte de réaction secondaire post-traumatique, qui continuait ainsi à plonger les individus dans ce climat de crainte la plus totale. Valarón quant à lui poursuivait calmement sa progression. A présent, il ne cherchait plus à localiser ses fils, chose qu'il était déjà parvenue à faire préalablement. Il se déplaçait en fait méthodiquement, décrivant de parfaits cercles au rayon restreint dont Serenteï et Nathaniel étaient les centres. Son objectif était tout simplement de susciter chez eux leurs facultés à le répérer dans cette masse, ainsi que de les observer avant de les rencontrer directement.

Il ne les avait pas vu depuis des années, mais pourtant, le Grand Pontife du Synode ne ressentait pas ce flot d'émotions que n'importe quel parent classique aurait pu ressentir. Il avait toujours agi avec un certain détâchement vis-à-vis de ses rejetons. Non pas qu'il souhaitait éviter un maximum avoir à faire à eux, mais car c'était tout simplement dans sa nature. En fait, il était même délicat de dire qu'il aimait ses fils, et qu'il pouvait aimer tout court, à l'exception de sa mère qui avait tout fait pour lui. Cependant, il savait être lié à ses fils par un lien particulier qu'il ne pouvait décrire, et qui expliquait l'attention qu'il pouvait avoir à leur égard et sa curiosité concernant leur évolution depuis toutes ces années. Peut-être que Valarón considérait en fait ses fils tel un scientifique tenant à ses créations. En effet, on ne peut pas dire qu'il existe de l'affection de la part d'un scientifique envers ses créations. Toutefois, le scientifique est quand même très interessé par leur devenir, soucieux de les perfectionner et également de le préserver.

Quoi qu'il pouvait en être, la petite manoeuvre du noble hybride porta ses fruits : Serenteï l'avait localisé, alors que ce n'était pas encore le cas de Nathaniel, qui tentait de se remettre de blessures. En réalité, le fils aîné l'avait même remarqué une 1ère fois un peu plus tôt dans la soirée. Mais il avait été trop lâche pour venir à sa rencontre, et Valarón le savait. C'est notamment l'une des raisons pour laquelle il n'était pas venu directement le voir. Il voulait observer si son rejeton allait être capable de venir le trouver lui-même, ce qui allait vraisemblablement être le cas de Nathaniel. Mais cette fois-ci, Serenteï s'était résolu à interpeler son père, et pour cela, s'était emparé de la lance d'Astarosche afin de la projeter en sa direction, tout en proférant des remontrances et des questions.

Ainsi, Valarón rejoignit immédiatement sa fidèle Primat qui s'était aisément débarassée des gardes venus afin de tenter de l'arrêter, et qui avait "rappelé" sa lance durant son jet en direction du Grand Pontife du Synode grâce à son pouvoir. Serenteï se trouvait alors juste à quelques mètres du tandem. Visiblement, Astarosche était quelque peu échaudée des agissements du fils aîné Mutsunokami, qui l'avait bousculée, touchée et dépossédée temporairement de son arme. Le noble hybride pouvait lire en elle cette frustation et cette envie de représailles, et lui adressa ces quelques mots d'un ton serein et compatissant, tout en l'enlaçant avec douceur. Geste fort rare chez lui, qu'il n'avait manifesté qu'à l'égard de seulement quelques représentants du sexe féminin, partculièrement sa mère ou sa femme. Mais jamais de manière si nette avec ses fils. Observer leur réaction serait donc des plus interessants.

"Astarosche, t'as t-il... Froissée ? Si tel est le cas, c'est inadmissible, et cela me blesse profondemment..."

Valarón était partagé par plusieurs impressions concernant l'évolution de son fils. Il était satisfait de sa capacité à avoir pu le repérer, surtout étant aveugle. Cela signifiait donc que l'aigle qu'il lui avait offert était utile, et que ses sens s'étaient sensiblement améliorés. Cependant, il était dépité par sa faiblesse lorsqu'il n'osa pas venir le trouver après l'avoir repéré une 1ère fois, et sa perdition totale au milieu de la foule qui le dégoûtait. Le Grand Pontife du Synode poussa alors un léger soupir tout en fermant légèrement les yeux, sans s'adresser à Serenteï, pourtant présent, mais à la jeune Thielle.

"Il mérite une correction exemplaire pour avoir osé t'offenser."

Tout en ignorant son fils, il continuait son attitude protectrice et soucieuse envers la Primat, et venait de lui laisser le feu vert pour qu'elle puisse le châtier personellement. Bien entendu, elle comprendrait également que Serenteï devait rester en vie, mais elle pouvait tout de même défouler sur lui sa rancoeur, qu'il lui avait causée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/fiches-validees-f64/mutsunokami-
Das Irrlicht

avatar

Nombre de messages : 65
Race : Myriennate
Classe : Magicien
Elément : Sépulcral
Date d'inscription : 25/01/2008

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Sam 23 Fév - 21:07

[Touik-Das-Angal-Ayesha-Arkh]
[Like A Rolling Stone ]
[Place du Marché, non loin de tous les autres]

Lentement.
Souverainement.
Comme il était bon de se laisser glisser.
Le sommeil était probablement le plus puissant des remèdes...

_ Parles, qu'est-ce que le Sinnode ? C'est toi qui as fait tout ça ?! Parles !

Un retour à la réalité. brusque et violent.

*Putain...*

Le Myrienate l'avait retrouvé.
Une immense lassitude s'empara de Das Irrlicht.
Un peu de sag coulait du coin de ses lèvres.
Côté vision, ses choses ne s'arranngèrent pas, il y avait toujorus le Sam'Hein au coin de la ruelle, à quelques mètres. Une jeune fille s'écroula à quelques pas de lui. Mais rien de bien reconaissable.

-Toi ? murmura t'il.

Devant lui, une flèche, noire et menaçante.
Son chapeau gisait à ses côtés.
Une idée s'insinua dans son cerveau. Avec lenteur, tout d'abord.

Das serra son poingt blessé.
Il se concentra un bref instant.
Sang.
Des vaisseaux.
Les siens.
Insertion d'un climat supérieur à quarante degrés pendant cinq secondes.
La chaleur le revigorerait en même temps qu'elle le purgerait.

Un gémissement.
C'était assez douloureux.
Sa vision s'éclaircit.
Les couleurs revinrent brusquement. Sa concience suivit.
A côté de lui, en position de défense, légèrement surpris, Angal, le surveillant du coin de l'oeil.
En face, la belle Ansurienne de tout à l'heure.
Celel qui les avait fait courrir dans les égouts.
Curieusement, il espérait qu'elle ne soit pas blessée.
Pas trop.
Agitation.
Ses facultés lui revinrent pleinement.
Et douloureusement.
Des cris, du sang, des larmes. Partout,des mages soiganient des blessés ou prévenaient les derniers instants des mourants. Le sang imprégnait tout. Le feu rougeoyait sur les murs.
Das détourna le regard.
Partout on se battait.
Non.
C'était un massacre.
Ici, une femme qui abattait des gardes à grand coups de lances.
Plus loin, un Arachnide suicidaire affrontait l'extrêmiste ténébreux.
Une brume malsaine planait dans l'atmosphère.
Et devant, lui, enfin, le Myriennate.
Lui hurlant dessus.
Lentement, sans gestes brusques, Das Irrlicht, Myriennate déchu, le Banni Maudit de la forêt des Murmures, ramassa son chapeau et se releva.
Il regarda son frère de race dans les yeux, sans douceur, mais sans animosité.
Simplement de la lassitude.
Puis, il les déporta sur Angal.
Il était légrèement blessé, mais rien de bien méchant visiblement.
Pour une raison qu'il ingorait, sa cure par la chaleur avait temporairement repoussé ses pulsions.
Il se sentait si vide...
Tremblant un peu, il se dirigea vers Angal, gardant le Myriennate dans son champs de vision.
Si il fallait se battre, i lsserait prêt.
Espérant que la moindre violence ne lui donnerait pas envie de tout massacrer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lothianyth Til'Sayan
Admin
avatar

Nombre de messages : 105
Age : 28
Race : Eycorché
Classe : Paladin
Elément : Ténèbres
Date d'inscription : 26/03/2007

Feuille de personnage
Âge: 21 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Sam 23 Fév - 21:20

[Place du Marché]






Le premier des huit coups annonçant la nouvelle heure rententit lorsque les pas lourds d'un homme en armure rententirent. Le lieutenant, bien qu'à bout de souffle, n'en montra rien devant son supérieur qu'il respectait et craignait.
- Lieutenant Karel au rapport, Généralissime!
- Repos Lieutenant, dit Loth en se levant de sa chaise pour faire face au soldat.
Karel baissa la main qu'il avait porté à son front, mais resta droit comme un piquet, le torse bombé. Il se souvenait trop bien d'un capitaine qui avait osé lui tourné le dos et qui depuis y portait une cicatrice dans toute la largeur.
- Quelles sont les nouvelles, Lieutenant Karel?
Sans tergiverser une seule seconde, le soldat entra dans le vif du sujet, comme on lui avait appris:
- Les zones sinistrées sont sécurisées mon Généralissime. Trois unités pour secourir les blessés dans chacune de ces zones ont été mises en place, une unitée est chargée de patrouiller en vue d'éviter tout pillage et une dernière a été crée en vue de contrôler les mouvement de foules. Tous les accès à la ville sont étroitement surveillés et le port a été fermé par mesure de précaution.
- Bien. Et l'unité d'investigation?
- Aucune trace de l'unité d'investigation depuis dix-sept heures, Généralissime. On les a vus à la Porte Ouest. Ils semblaient pressés, mais avaient toutes les autorisations nécéssaires pour sortir de la Cité. Personne n'a donc tenté de les en empêcher.
- Je crois que nous avons retrouvé mes espions, Sal'Hem.
Le lieutenant sursauta: il n'avait pas remarqué la présence absente du Dirigeant de Thélus, et avait pris pour un barde celui qui s'avèrait être celui de Mélandre! Il n'était donc pas mort dans cette explosion...
- Demande d'autorisation de parler, Monsieur.
- Accordée.
- Monsieur, Mutsokonami Valaron est l'homme qui a prononçé le discours de tout à l'heure. Il est accompagné d'Astharoche Asran.
- Hum...Asran...Un individu classé 5 dans le Livre des Primes*, si ma mémoire est exacte...Et ce Valaron, c'est ce célèbre marchand?
- En effet Monsieur. Je dois déplorer la perte de trois hommes de l'unité de Secours de la Place du Marché face à Asran.

Lothianyth se figea.

- Y a-t-il d'autres soldats disparus?
- Le seconde classe Hiltao n'est pas venu au rapport, Généralissime.
- Lieutenant, vous allez réunir un maximum d'hommes afin de tenter d'arrêter Mutsokonami et Asran. Ne dérangez pas de leur postes les unitées affectées aux frontières de la cité. Vous laisserez quinze hommes dans chacune des trois unités de secours afin d'aider les mages. Je vous laisse la charge des opérations quant à l'appréhension des deux malfrats. Rapport à vingt-deux heures.
Les talons claquèrent et le Lieutenant se préciîta pour éxécuter les ordres de son Dirigeant.

*Livre des Primes: livre où sont référencés les individus considèrés comme les plus dangeureux. Il est réservé à l'usage des Dirigeants et à leurs gens de confiance. Ceux qui sont dans le livre ne sont pas coupables, mais recherchés ou surveillés. Une cotation de 1 à 10 est mise en place: 1=recherché passivement. lui remettre une convocation au tribunal si repèré. 5=sous surveillance. individu potenciellement dangereux. 10=recherché activement. (les cotations 2, 3, 4, 6, etc. sont des "nuances")

Tous ceux qui ont une côte entre 9 et 10 sont des criminels accessibles aux chasseurs de primes.

[j'espère que ça vous dérange pas Astharoche et Valaron? je vais créer un PNJ pour le Lieutenant, donc attendez avant de zigouiller tout le monde s'il vous plaît :p

Celesti, dis-moi si mon truc des Primes te va ^_^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Lothianyth-T
PNJ

avatar

Nombre de messages : 27
Race : Toutes
Classe : Toutes
Elément : Tous
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Sam 23 Fév - 22:21

[Lino Karel et trente-six de ses hommes]



[Place du Marché]


Lino ne se faisait pas d'illusions: il savait bien que si le Dirigeant avait demandé une telle chose à un simple Lieutenant, c'est parce qu'il avait confié aux plus hauts gradés la direction d'Arrène. Mais le Lieutenant était tout de même très fier qu'on lui ait confié une telle tâche, car il croyait en ce que l'armée était censée apporter comme réconfort auprès des citoyens d'Initium, et ce malgré les horreurs qu'il avait vécu durant les Grandes Guerres.

Trente-six hommes. C'est tout ce qu'il avait pu recruter en quelques minutes. Til'Sayan n'avait envoyé qu'un petit contingent de soldats ici, à Mélandre, car il savait qu'Erian Sal'Hem n'aurait pas apprécié de voir sa clientèle affolée par une trop grande démonstration de force. Cet homme était plus jeune que lui, et pourtant il respirait la finesse tactique et insufflait le respect à quiconque il croisait. Il avait confiance en cet Eycorché aux allures effrayantes qui ne faisait jamais prendre à ses hommes des risques incinsidèrés.

Ils étaient établis dans une auberge dévastée et vide de monde, un peu à l'écart de la Place pour préparer une tactique. Ils savaient que ces deux personnes seraient des adversaires coriaces, et que beaucoup d'entre eux y laisseraient la vie. Mais ils étaient soldats. C'était ainsi.
Et à présent, leur plan était prêt. Ils ne seraient que quatorze à charger de front.
- Soldats! cria le Lieutenant Karel.
Tous se redressèrent comme un seul. C'était ainsi qu'ils mangaient, qu'ils dormaient, qu'ils vivaient, qu'ils se battaient et qu'ils mourraient. Comme un seul.
- Vous savez ce que vous avez à faire! Alors faites-le!
Un fracas rententit dans la pièce lorsqu'ils se frappèrent le torse d'un seul geste.



...



- Mutsokonami Valaron! Astharoche Asran! Je vous somme de vous rendre ou nous serons contraint de vous arrêter par la force! s'écria le Lieutenant.
Il se trouvait au centre de leur formation en pointe doublée, au milieu de la seconde rangée. Deux rangées de sept soldats en forme d'acdent circonflexe: devant, les épéistes, derrière, les hallebardiers ainsi que les arbalètriers légers. La rangée de derrière protègeait celle devant, et vice-versa. En cas de prise de revers, il était convenu que le losange serait adopté: les hallebardes à chaque sommet, les arbalètes au centre et les épeistes sur les arrêtes. S'il s'avèrait que les pertes soient trop importantes, Lino serait contraint de changer de tactique en plein combat...Mais il n'avait pas peur. Ils étaient prêts. A se battre, et, pourquoi pas, à mourrir.


[hésite pas à m'attaquer direct si tu veux ^_^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grey Korahm
* Vagabond *
avatar

Nombre de messages : 312
Age : 30
Race : Hellbereth
Classe : Mercenaire
Elément : Eau
Date d'inscription : 11/04/2007

Feuille de personnage
Âge: 27
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 1:29

[Grey - Maelianna ]
[Place du marché]


Alors qu'elle venait de soigner avec brio les deux blessés, Meelie repartit, se rapprochant de plus en plus de l'estrade. Plus ils avançaient moins il y avait de blessés. Tous étaient déjà mort, ou bien des soigneurs. Il jeta un regard anxieux autour de lui. Peu avant celui qui avait fait le discours voletait autour de cet endroit... Mais là il était invisible.

Soudain, Grey vit Meelie s'affaisser comme une masse pour vomir. Il s'accroupit à côté d'elle et l'attrapa par les épaules.


"Ca va aller... Du calme. Tu utilise ton pouvoir comme si ça ne pouvait pas te fatiguer. Tu ne peux pas tirer sur la corde comme ça à l'infini."

Il la fit pivoter pour qu'elle soit face à lui et la serra dans ses bras.

"Dis moi comment faire et je te prêterais ma magie. Je ne peux pas m'en servir, alors autant qu'il serve par ton intermédiaire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Grey-Korahm-
Retep Artecad
~ Mélandrin ~
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 30
Race : Arachnide
Classe : Contrebandier
Elément : Métal
Date d'inscription : 17/04/2007

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 1:49

[Retep Artecad - à peu près tout le monde]
[Place du marché]


Retep réfléchissait. On lui offrait une grande opportunité... Il avait observé la garde du corps de Valarón, il ne l'aimait vraiment pas. Puante et hautaine avec sa grande lance... Il se demanda comment un tel état d'esprit lui avait permis de rester en vie aussi longtemps. Le Synode était vraiment formé de gens répugnants. Sa décision était prise. Quoique l'autre ait écrit dans la lettre qu'il lui ferait parvenir, il rejoindrait le Synode. Et l'espionnerait de l'intérieur pour le faire tomber.

Il se mit en mouvement pour s'enfoncer dans la foule plus profondément. Un point extrêmement chaud retint son attention sur les bords de son champ visuel. Angal regardait dans sa direction, il était apparemment très accompagné. Les pas de l'arachnide se dirigèrent dans cette direction. Plus il approchait plus il distinguait nettement les personnes en présence. La fille de l'après-midi était parmi eux. Ils conversaient, mais Retep était trop loin pour entendre quoi que ce soit, surtout avec le tumulte qui régnait.

Soudain il vit Leïla sauter sur le voleur, qui la maitrisa plus ou moins bien. La lutte fut courte avant qu'elle ne tombe, visiblement épuisée. Sa chaleur corporelle avait un drôle de comportement... Un peu comme il l'avait déjà observé chez un drogué en manque, mais tout de même légèrement différent.
Il arriva à quelques pas d'eux. Elle marmonnait des choses incompréhensibles.


"Eh bien, eh bien ! Comme on se retrouve les enfants !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Retep-Arteca
Astharosche Asran

avatar

Nombre de messages : 56
Race : Thiel
Classe : Primat du Synode/Alchimiste
Elément : Métal
Date d'inscription : 17/02/2008

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 2:06

[Place du Marché]



Haaaaaaaaa! Que tout cela était pénible! Voilà bien une chose qu'elle détestait dans la guerre. Tous ces soldats, ces imbéciles criants à tout va, des villageois courrant dans tous les sens. C'était infernal! Les soucs de ce genre lui faisait horreur. Voilà bien une des raisons qui faisaient que sa préférence allaient plutôt vers les laboratoires, les salles de cours, les bibliothèques, ou tout autres lieux du genre où on pouvait se trouver au calme et réfléchir posément. Mais les champs de bataille n'étaient bon que pour les expérimentations et au jour d'aujourd'hui, elle n'en faisait pas. Forcément, la lassitude la gagna rapidement.



Néanmoins, celle-ci fut rapidement brisée par l'intervention de trois soldats. Mais l'amusement ne fut que de courte durée. Et oui, face à Astharosche, aucun homme ne pouvait véritablement lui tenir tête! Il ne lui fallut que peu de temps pour montrer son impatience et aussi de quel bois elle se chauffait. Une thiel au caractère volcanique, une femme faisant naître le frisson chez les autres, une présence qui avait son charme mystérieux qui n'en n'imposait pas moins. Voilà qui était l'alchimiste.



Une fois débarrassée avec assez d'aisance de ces incongrus personnages qui eurent l'audace de s'en prendre à elle, elle dut faire face à l'aveugle fils de Valaron. Un véritable malautru qui posa désagréablement les mains sur elle. Si il croyait que son absence de vue serait une excuse pour son comportement salace, il croyait mal. Mais heureusement pour elle, croyez-le ou non, mais ce fut le père qui vint à sa rescousse, bien que le terme était un peu fort. L'ancien marchand avait une essence assez remarquable, sans nul doute qu'elle aurait pu le percevoir de plus loin... mais étant l'une de ses subordonnées, elle se devait de l'avoir à l'oeil. Un véritable manège compliqué. Mais les jeux difficiles ont toujours su esmoustiller la grande et svelte jeune femme aux cheveux d'argent.



La colère de Astharosche toucha faussement le grand pontife. Et tel un grand prêtre encourageant ses fidèles, il usa de mots emplis d'assurance qui se voulaient rassurant, cherchant à calmer la fougue de la belle. Et, O surprenant, il prit la thiel dans ses bras, l'enlaçant de ses membres étonnamment musculeux et forts pour son âge. Qu'il était rare de le voir aussi doux et ainsi à proximité d'un individu. La situation était assez amusante en soit, surtout lorsque l'on savait que le sang continuait à couler tout au tour d'eux, et que les corps joncheraient encore par centaine les pavés de la grande place. Un peu de réconfort dans un monde de brute? Possible... ou plutôt une divine comédie qui n'était là que pour échauffer certains esprits, faire parler les mauvaises langues, créer la polémique, des rumeurs... Il ne suffisait que d'attendre que cela prenne, que l'hameçon soit gobé...



Jouant le jeu dans ces bras là, Astharosche prit un malin plaisir à en rajouter un peu plus, se faisant alors la victime d'attouchement malsain. Bien évidemment, il y avait un but assez sadique derrière cela.



" Froissée? Le mot est faible mon bon ami... ce jeune homme a eu un comportement déplacé à mon égard, il a posé ses mains sur moi et voler ma lance. Te rends-tu compte qu'elle aurait pu te blesser? Avec ma propre arme? "



Astharosche feignait alors la négligence et le regret de cela avec excellence. Il fallait dire qu'elle aurait pu être une brillante comédienne si telle avait été ses ambitions artistiques. Cependant, elle ne vivait que pour les sciences et la magie, ainsi que le pouvoir qui résidait entre ces deux choses là, sans oublier le dépassement de soi. Enfin bref... pour jouer le jeu un peu plus, Valaron fit de même, protégeant la Primat de son propre fils! Prêt à confondre celui-ci à s'excuser et à subir un châtiment approprié pour le parjure commis sur sa protégée.



Décidément, qu'il était amusant de laisser planer des doutes que la relation qu'entretenait la jeune femme qui pourrait être sa fille et le grand Valaron. Que pouvait-il manigancer? En tout cas, ils étaient tous deux des individus surveillés, et de tellement prêt que notre alchimiste pouvait sentir la respiration putride de ses adversaires sur elle.



D'ailleurs, en parlant des loups...



Il ne fallut que quelques minutes, peut-être moins pour que le duo du synode se voit pris au piège, encerclé comme des proies par une meute aux griffes acérées, suivant des rangées bien définies. Jolie tactique militaire. Leurs griffes? C'était des épées d'un côté, hallebardes de l'autre, puis également des arbalètes. Que voilà un arsenal pour seulement deux personnes... N'était-ce pas exagéré? Ou... peut-être trop peu? Héhéhéhé! On allait bien voir.



Ce fut alors que le lieutenant qui semblait diriger la troupe parlant avec une bien trop grande arrogance à son goût. Et comme vous pouvez aisément vous en douter, le bagoût de la thiel allait s'éveiller facilement et acérément. Le cinisme de la belle était sans borne.



Ses grands yeux dorés fixèrent alors soudainement avec insistance le jeune homme qui l'avait interpellé, elle et Valaron. Il venait d'interrompre la rencontre d'un père et son fils! Un véritable mélodrame! Quelle tristesse... mais surtout, la possibilité pour Astharosche de gronder à sa façon le fils ingrat et pervers qui avait voulu enfourché son père à coup de lance et peloter sa subordonnée.



Toujours du haut de son dédain et son orgueil, la demoiselle répondit comme si elle ne se sentait nullement menacer par la trentaine de soldat qui était là.



" Nous arrêter par la force? Et pour quel motif? Pour m'être défendu face à l'opresseur? Ou... pour les corps des trois soldats qui sont vôtres et pollue le sol de la place? Franchement, vous devriez plutôt me remercier. Ils étaient faibles et indignes, je n'ai fait qu'alléger le lot d'incompétants qui vous entoure mon brave.... si vous le souhaitez je peux continuer? Bien évidemment, j'espère que vous ne ferais pas preuve d'ingratitude à mon égard. Ralalalalala... de nos jours, les gens ne savent pas dire merci. "



Un grand sourire sadique s'illumina alors sur son visage aux traits fins. Quel curieux masque que celui d'une beauté de marbre, des yeux félins et une bouche divine dont les mots semblaient être venin et parfum.



" Ho! Tant que j'y pense. User de force à mon égard, et vous connaîtrez une mort pénible et douloureuse. Votre mère ne vous a donc jamais appris à ne pas lever la main sur une femme? Et je dis bien une main... car vos armes sont inutilisables... "



Un ricanement malicieux sortit d'entre les lèvres d'Asthatosche, arrogant et étrange, faisant naître un frisson glacé et désagréable. La démence... oui, c'était sans doute ce qu'elle incarnait... si ce n'était pire. Il fallait dire que la moralité n'était qu'une abération dans une conversation avec elle.



En tout cas, à ses paroles, celles-ci devinrent prophéties. Flèches, arbalètes, pointes et manches des hallebardes, sans oublier les lames des épées, tout ce qui fut de métal se mirent à fondre. Les épées se déformèrent, les rendant inutilisables; les clous des arbalètes, leur armatures ne tinrent plus leur rôle, les flèches se réduisirent à n'être que des manches sans danger, et les hallebardes de vulgaires bâtons. Qu'il était pratique que Dame nature donna pareil pouvoir à sa fidèle, vous ne trouvez pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/fiches-validees-f64/astharosche-
PNJ

avatar

Nombre de messages : 27
Race : Toutes
Classe : Toutes
Elément : Tous
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 3:29

[Lino Karel et trente (36 hommes) - Et le reste du p'tit monde]
[Place du Marché]



Il y a certaines situations qui permettent aux soldats de montrer aux passants leur puissance de frappe, leur ordre et leur discipline. D'autres, comme celle qui fit fondre tous leurs équipements, auraient pu inciter les passants à rire aux éclats si ceux-ci ne pleurait pas déjà de terreur. Une vive lueur d'étonnement put se lire sur chaque visage. Pendant quelques secondes, la troupe de soldat ne comprit pas ce qui venait de lui arriver. Ce genre de magie n'était pas des plus courantes parmi les rangs de l'armée. La magie offensive se réduisait à des sorts purement élémentaux, comme les boules de feux, de glace ou de terre.

- Reculer, laisser passer les Chevaliers Noirs !" Cria Karel à ses hommes. "Je ne permettrait pas à cette misérable femme de prendre à nouveau la vie d'un de mes hommes. Elle est armée de pouvoirs et d'une lance, vous lancer dans la bataille sans défence équivaudrait à une boucherie certaine."

Andrôm et Jastar deux exceptionnels chevaliers noirs étaient deux très vieux combattant, qui pendant les Grandes Guerres avaient combattu avec tenacité face à l'envahisseur Ansurien. Deux Sam'Heins, à la chevelure de feux, aux vêtement plus que résistant, puisqu'ils étaient construits en Mystann Ignifage (cf : Encyclopédie de la Faune et de la Flore). Aujourd'hui, ils étaient consiédéré comme des cavaliers de très haut rang, car celui des chevaliers noirs n'avait plus de raison d'exister avec l'arrêt des guerres. Aujourd'hui, pour la fête, il n'avait pas osé prendre leur monture, mais celà ne les empêchait pas d'être toujours aussi puissant.

Les soldats s'écartèrent vivement, reculant de peur de subir les foudres de la mystérieuse Thiel. Andrôm visualisa rapidement son premier sort. Un sort de lien. Il serait beaucoup plus facile alors à son frère de feu d'attaquer ensuite sans rater leur cible. Ce n'était pas cette femme avec son pouvoir un tant soit peu original qui allait pouvoir les défier tous les deux. Ils avaient participé aux Grandes Guerres, ils en étaient revenus vivant et indemne. Ils avaient même vu derrière eux le volcan de Lazarek se fissurer lors de l'attaque du dragon flamboyant. Ils avaient beaucoup... beaucoup plus d'expériance...!

Le sort de lien se résumait comme ceci : Visualisation de l'essence dans le corps qui circule dans une boule d'énèrgie. Visualisation des composant chimique des pavés. Visualisation d'une nouvelle forme aléatoire. Visualisation des effets du sorts. Ligature des jambes. Ligature des pieds grâce à la pierre qui change de forme. Visualisation de l'étreinte. Encore un peu plus de précision. Lancement du sort au sol, au niveau d'Astarosche.

[HRP : Normalement il te lit et tu ne peux pas vraiment l'éviter ! Sauf si tu analyse le sort qu'il fait ?!? A toi de voir ! A vrai dire si jamais tu essayes d'éviter la première attaque de lien, il lance directement la seconde à l'endroit où tu as glisser pour l'éviter.]

Jastar quant à lui, commença une seconde avant le lancement du premier sort, la visualisation du sien. Il s'agissait d'un sort de feu basique, qu'il complétait par la puissance de sa propre fournèse. Ses cheveux s'enflammère, projettant leur chaleur sur les autres soldats qui reculèrent un peu plus de quelques pas. Dans un mouvement large des bras, il apporta ses mains tout près de son ventre, l'une en face de l'autre.

Visualisation des réseaux d'essence divine. Chaque bout d'essence remplissent une immence boule de verre mentale. Visualisation de la structure de la boule de verre. Utilisation des éléments constituants du sol. Visualisation de l'essence divine emplissant la boule. Encore. Encore. Toujours plus d'essence. Oxygène. Chaleur. Combustion. La boule de feu basique, façon Jastar était prète. Elle vibrait entre ses mains, de la taille d'une tête ansurienne. Lorsque les pieds d'Astarosche seraient lié, il la lancerait directement dans sa direction, en visualisant encore une fois avec exactitude la trajectoire de la boule. Si elle devait bougé. Il la redirigerait visuellement. Même si... Il n'avait jamais vraiment utilisé se procédé jusqu'alors ! Il adorait innové. C'était bien le moment !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutsunokami Valarón

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 30
Race : Eycorché
Classe : Grand Pontife du Synode / Chevalier du Chaos
Elément : Sépulcral
Date d'inscription : 23/12/2007

Feuille de personnage
Âge: 50 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 4:46

[Place du marché, avec Astarosche, Serenteï et le groupe armé...]

Astarosche, suite aux propos et aux gestes de Valaron, avait réagi dans le sens du semi-stratagème de ce dernier, pouvant laisser planer le doute et destabiliser plus ou moins Serenteï. Elle avait répliqué d'une manière fort appropriée est vraisembablement toute calculée, bien que ses talents lui permettaient de faire croire à une réaction pleinement sincère et des plus spontanées. Quoi qu'il en était, le Grand Pontife du Synode était alors satisfait par la réponse et l'attitude de la jeune Thielle. Hélàs, une rébarbative péripétie vint compromettre toute cette mise en scène, repoussant à nouveau le moment des véritables retrouvailles entre le noble hybride et son rejeton, qu'il venait d'ignorer et qu'il était prêt à confondre suite à ses agissements envers la Primat du Synode. En effet, un groupe constitué de 36 Soldats et dirigé par un Lieutenant somma les 2 individus de la nébuleuse organisation de s'en rendre.

"Mutsokonami Valaron ! Astharoche Asran ! Je vous somme de vous rendre ou nous serons contraint de vous arrêter par la force !"

Ils n'avaient bien entendu nullement l'intention de se plier aux exigences de ces personnes, que Valaron avait coutume de considérer comme de vulgaires parasites. Celui-ci esquissa alors un sourire au terme de la brève prise de parole du Lieutenant. "Les arrêter"... Décidemment, ce Lino Karel était sans aucun doute atteint d'une douce folie, compte-tenu des effectifs qu'il avait à sa disposition pour réaliser un tel exploit. Puis, "Par la force"... Cela en était peut-être trop pour que le Grand Pontife du Synode se retienne de lâcher un léger rire inquiétant et sarcastique. La jeune Thielle quant à elle, avait pris l'initiative de rétorquer, et de neutraliser d'entrée tous les soldats en utilisant son pouvoir, qui avait fait littéralement fondre tout leur équipement. Ils devaient par ailleurs à présent souffrir de terribles brûlures suite à la fusion du métal. En revanche, ce n'était pas le cas de 2 Chevaliers noirs, qui avaient pris le relai suite à l'ordre de recul lancé par le Lieutenant, revêtus d'armures de Mystann Ignifage.

De toutes évidences, à en juger par leur coordination et leur vitesse de visualisation, les 2 Sal'Heins devaient avoir un bon niveau et une grande expérience. Cependant, peut-être Astarosche pouvait-elle les vaincre en esquivant le 1er sort de lien, puis en utilisant son don de sublimation afin de ne pas subir les autres sorts de ses adversaires, et en contre-attaquant à l'aide de ses potions alchimiques, pouvant aussi bien embraser l'air que le convertir en glace... En effet, elle en valait bien au moins un d'entre eux. Mais les 2 membres du Synode avaient surtout et toujours l'avantage de l'effet de surprise, leurs capacités n'étaient donc pas encore bien connues, et il fallait en profiter. Même si la jeune Thielle n'utilisait pas son don, il finirait bien par être vite décelé lorsqu'on s'apercevrait de sa race, ce qui n'allait pas tarder lors de l'enquête à venir, et il était donc pleinement judicieux de s'en servir maintenant. En revanche, les aptitudes de Valaron hormis les effets de sa Masamune, demeuraient inconnues, et les registres de l'armée relatifs à ses compétences furent jadis détruits pour des raisons de confidentialité, du fait de son statut de Chevalier Noir, puis du Chaos. Il avait donc tout intérêt à ne pas se dévoiler, mais à laisser Astarosche combattre.

"Il est pénible d'être continuellement dérangé par ce genre de facéties... Astarosche, peux-tu y mettre un terme je te prie ?"

Valaron gardait un oeil sur Serenteï, tout en se tenant prêt à intervenir en cas de problème, à l'aide de son pouvoir d'Inhibition, des pouvoirs de la Masamune, ou de ses pures compétences martiales, se refusant de tomber dans le piège de la sous-estimation des Chevaliers Noirs leur faisant face...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/fiches-validees-f64/mutsunokami-
Mutsunokami Serenteï
¤ Thélusien ¤
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 1929
Race : Eycorché
Classe : Barde
Elément : Ténèbres
Date d'inscription : 29/09/2007

Feuille de personnage
Âge: 34 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 5:40

[Place du Marché. Astharosche Asran, Mutsunokami Valarón]


La confirmation ultime du changement totale de l'état d'esprit de son père venait d'etre faite. Il avait évité en premier lieux la lance sans le moindre mal, ce qui ne surprit pas vraiment Serenteï qui n'était guère entrainé ni au lancé ni à toute forme de combat. Mais la façon dont la lance revint à la main de son possesseur lui échappa complètement. Il avait d'ailleurs trouvé que l'objet était particulièrement lourd et s'était étonné de ne pas entendre de violent choc un peu plus loin. Peut être avait il touché un innocent. Cette idée lui fit perdre toute envie de combattre. Il n'était bon qu'à causer plus de dégâts. L'aveugle, essoufflé par la colère qui le contrôlait, entendit les paroles provocantes de la femme qu'il avait bousculé maladroitement un instant plus tôt et y réagit en se retournant rageur vers elle. Qui était-elle donc pour lui parler ainsi, pour interférer dans son règlement de compte? A cet instant il aurait voulut avoir toute l'attention de son père. Cet homme n'existait hélas plus que dans ses souvenirs. Il le remarqua lorsqu'il entendit Valarón accorder à l'acariâtre dame de le punir "en conséquence de ses actes". Il était devenu cruel et sa façon d'ignorer son fils le rendait encore plus odieux. Ils faisaient une paire monstrueuse qui respirait la noirceur et la perfidie. Serenteï était très frustré de voir qu'il ne valait même pas la peine qu'on se défende des accusations qu'il faisait.

Il ne voyait plus clairement ce qui se tramait. Il était aveuglé par la rage, le privant de toute capacité à analyser la situation et à tirer une quelconque conclusion. Il ne vit évidement pas que les deux personnes s'étaient embrassées mais il sentit que leur proximité était forte. Le son de leur voix venait de la même direction et d'à peu près la même distance. Le calculer n'était pas dure et cela était devenu intuitif pour lui comme pour tout homme perdant l'usage d'un de ses sens. "-Père! Répondez moi!" hurla-t-il agressivement Pourquoi faites-vous cela? Mais aucune réponse ne vint encore. Autour d'eux des hommes se mettaient en place pour attaquer, leur armes visaient indifféremment les trois personnes. Le pas coordonné, les armures lourdes, tombantes, la respiration sonore étaient autant de signes que ces personnes étaient des soldats entrainés et prêt à affronter leur ennemis.

Bien qu'il ne les voyait pas il sentait leur regards haineux et se doutait de ce qu'ils pensaient tous. "Pourritures" devait résumer cette pensée. Peu complexe mais tout à fait appropriée. Ces hommes n'avaient que peu d'essence divine, sans qu'il sache vraiment pourquoi il pouvait le ressentir. Mais voila que leurs armes fondaient et les cris de souffrance cumulés avec l'odeur de la chair calcinée par du métal chaud faisait comprendre à Serenteï l'horreur invisible. Cette odeur lui donnait l'envie de vomir. L'odeur de la carbonée de la peau brulée le dégoutait mais pire encore le métal en fusion dégageait des odeurs lui donnant des vertiges. Pire qu'un poison, les vapeurs de métal peuvent être très virulentes et affectent rapidement le système nerveux. Pour quelqu'un dont l'odorat est très développé cette sensation pouvait vite devenir insupportable.

Il tomba à terre, lamentablement, et respira de nouveau un air plus sain au ras du sol. Pathétique, il peina à s'appuyer de ses bras sur les pavés pour se redresser. Finalement c'est avec son aile qu'il trouva le plus de force pour se relever. D'un battement fort il se remit sur les genoux en position assise. Il voulut se remettre debout mais une vive impression d'écrasement l'en empêcha. Deux Chevaliers noirs de haut niveau venaient d'utiliser leurs talents de magiciens. Un tel déversement d'énergie troublait Serenteï qui n'avait ressentit cela qu'en présence de son père ou de son frère. Il ne se l'expliquait pas mais il sentait quand quelqu'un utilisait de la magie et sollicitait son essence divine. Il prit peur sur le coup. Ces deux hommes étaient très puissants de toute évidence et ils s'attaquaient peut-être à son père. Même s'il ne pouvait pas comprendre ce qu'il faisait il s'agissait encore de son père et ses souvenirs lui donnaient un jugement plutôt positif. Tant qu'il n'avait pas ses réponses il ne pouvait le laisser mourir. Il se redressa alors rapidement, se jeta dans la direction des sortilèges afin de pousser leur cible ailleurs. De plus cela forcerait peut-être les deux chevaliers à cesser d'attaquer. "-Non!" cria-t-il en poussant une nouvelle fois le primat du Synode. Il aurait préféré qu'il s'agisse de son père car cette personne n'avait aucun intérêt pour lui et aurait même arrangé Serenteï si elle avait put mourir de cet assaut. Elle ne représentait que la barrière qui le séparait des réponses qu'il attendait. "-S'il vous plait, non! Ne tuez pas cet homme." D'abord tenté de dire la raison véritable de son interposition il se rendit compte que seuls son frère et lui pourraient comprendre son explication. Il opta donc pour une diversion. "-Vous ne pouvez tuer toute personne assez folle pour clamer quelle est auteur de tels crimes! Cet homme délire ne le voyez-vous pas?" Bien sur les chevaliers savaient bien où était la vérité mais sur les faits il n'avait pas tord, rien ne prouvait que Valarón avait bien fait ce qu'il disait avoir fait. Il ne savait pas qu'Astharosche avait tué quelques soldats car il ne prêtait aucune attention aux effets de style de la dame, mais il ne s'opposerait pas à son exécution si la preuve de sa culpabilité était évidente.

Prit dans la sort d'immobilité d'Andrôm il était maintenant frappé par une boule de feu intense dont il ne put qu'encaisser les dégâts. Son bras gauche et la moitié de son torse étaient brulés par la flamme qui avait fait disparaitre le vêtement d'autant qu'il était brulé. La douleur ne le gênait pas mais son souvenir beaucoup plus. Il y a longtemps que cette douleur ne l'avait pas prise. Une poignée de porte bouillonnante et une tapisserie brodée en flamme sur le dos lui avaient déjà infligés pareilles douleur. Il revoyait les monstres qui se servaient du feu pour faire le mal. En les chevaliers s'étaient ces immondes personnes qu'il reconnaissait. Injustement, il nourrissait à leur égare une haine croissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Ame-inspiree
Ajam'Aelo Arkhxas
¤ Thélusien ¤
avatar

Nombre de messages : 122
Age : 28
Race : Myriennate
Classe : Mage libre
Elément : Vent
Date d'inscription : 24/07/2007

Feuille de personnage
Âge: 19
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 18:03

[ Arkhxas face a Das Irrlicht, mais bien vite rattrapé..... et la dream team de Mélandre]
[ Rue adjacente a la place centrale, puis a son centre même]



Figé, absorbé, subjugué par le regard pénétrant, le rire frénétique, et les courbes encore gracieuses de ce...traitre ! Une flèche avait volé, surement une flèche de désespoir, n'étant même pas controlée, elle aurait tout aussi bien pu rencontrer n'importe quel corps. Retrouvant sa transe funeste, le banni détourna bien vite son attention ailleurs, quittant son ancien frère pour porter son regard vers d'autres combattants qui semblaient défendre leurs propres idéaux dans ce carnage.
Mais des cris provenant de derrière incitèrent Arkhxas a ne pas le suivre, ses sens furent avertis ailleurs. Une ombre galante se forma dans l'obscurité des ruines, et elle faisait voler plusieurs soldats que le Myriennate reconnut aussitot. Il comprit que des renforts étaient parvenu a les rejoindre, ce qui éveilla un petit espoir en lui, mais la vue d'une ennemie nouvelle et de taille eut l'effet d'un vent glacial. Une odeur sucrée s'ajoutait a celle de mort et de destruction qui jusqu'alors embrumait vos narines. Cybèle fut ramené a la lueur du croissant, ce fameux lancier ne ferait plus de victimes... Il garda son esprit sur le banni, encore visible de la place, il en aurait pour son compte lui aussi, après...

Mais sa course fut bien vite interrompue par l'intervention d'un corps de l'armé, guidé par Lino Karel lui-même, suivit par une trentaine de soldats, comme put en juger l'archer ailé. Ils avaient bien vite intercepté les deux malfrats, cet homme sombre qu'Arkhxas n'avait qu'entraperçu et cette farouche guerrière, qui devint la cible de deux chevaliers noirs s'étant avancés sur la place. Malgré un regard farouche, l'inconnu sombre ordonna de se rendre. Elle n'en perdit pas son sang froid, une forte jauge de flux remonta a travers son corps s'épagnouissant tout autour d'elle. Elle avait la capacité de l'extirper a une vitesse impressionante, pour qu'il agisse directement et violemment surtout. Jusqu'alors le magicien s'était arrété au processus contraire dans ses étude de l'Essence, c'est a dire a puiser se qui l'entourait pour mieux agir. Sa seul maitrise de l'énergie interne, que chaque être possède en son for, était sa maitrise d'amplification des éléments, et encore il ne conprenait pas son fonctionnement réellement. Cette jeune femme possèdait un don tout a fait exceptionnel. D'ailleurs il eut un effet alarmant dans l'assemblée, toutes leurs armes métalliques tombèrent, et Arkhxas sentit a sa ceinture une chaleur anormale : ses lames de lancers étaient redevenues poussière. Par chance Cybèle éclatait autant dans sa main droite, cherchant toujours de quoi mordre. Mais Arkh perdit bien vite cette fougue rageuse quand l'odeur de métal vint caresser son odorat fin. Il ne put s'empècher de se tenir a la fontaine centrale qui menacait de tomber en ruine. Il se pinça le nez pour suivre la scène encore, et un foulard posé sur ses paroies nasales il put distinguer un dernier acteur a ce drame qui s'élança de plein fouet contre l'attaque déterminée a punir cette meurtrière. Tout les soldats réagirent a ce coup de théatre, dont les deux auteurs de se sort, qui n'hésiteraient pas une seconde pour mieux recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/Fiches-validees-f64/Ajam-Aelo-Ar
Astharosche Asran

avatar

Nombre de messages : 56
Race : Thiel
Classe : Primat du Synode/Alchimiste
Elément : Métal
Date d'inscription : 17/02/2008

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 18:44

[Place du marché, Valaron, Serenteï et le groupe armé]


Que le spectacle devenait délicieux soudainement, que toute cette folie furieuse et ses gens agaçants qui l'entouraient devenaient de splendides comédiens. Heureusement qu'elle venait d'y apporter sa touche personnelle, sinon, ils seraient tous restés minables. Maintenant, leur crédibilité, la frayeur qui illuminait leur yeux, ces visages effarés... Haaaa... merveilleux! Astharosche se riait de tout cela, de la perfidie qui l'animait. Le diable n'était qu'un petit joueur comparé au sadisme dont la thiel pouvait faire preuve. Elle pouvait entendre dans son fort intérieur les applaudissements des démons de l'autre monde qui l'admiraient comme une cantatrice sur sa scène.



Son grand regard félin observait alors le metal qui fondait, s'échauffait, oubliait son ancienne forme moulée par de brillants forgerons. Des armes? Mais où? Il n'y en avait plus de véritables traces, seuleument des vestiges entre les mains brûlées des soldats. De plus, à présent, au lieu de sentir simplement l'odeur du sang, au lieu de sentir les flammes brûlant la place du marché, le parfum acariâtre de la chair calcinée. Cet embaumement était absoluement odieux, amer, désagréable pour les narines, faisant naître en toutes personnes censées des nausées dignes d'une femme enceinte, ou d'un bourreau près d'un buché. Quoique... lorsque l'on fait pareil métier, c'était bien le genre d'essence odorante à laquelle on était habitué. Devinez de quel côté était Astharosche?



En tout cas, alors que notre alchimiste en avait presque oublié la présence de Serentei, se tourna simplement vers Valaron qui l'interpella, ou tout du moins, lui proposait du travail... enfin... de faire le sale boulot exactement. C'était avec étonnement, ou peut-être pas, que notre demoiselle à la mèche sanguine allait répondre avec une simplicité effarante, comme si ce n'était que de l'ordre de la routine. La personnalité de notre thiel était déconcertante, de plus en plus obscures et assez désarmantes, un peu comme ses méthodes finalement.



" Bien bien mon bon monsieur... cela peut toujours m'occuper... Il est vrai que j'ai toujours pour habitude de nettoyer sur mon passage. Sans doute mon côté maniaque, et comme nous ne sommes jamais mieux servi que par nous même alors... "



Il était assez amusant de constater l'indifférence avec laquelle Astharosche daigna totalement les deux chevaliers noirs qui arrivaient, et même le présompteux lieutenant qui osa la traiter de misérable! Il ne méritait que son mépris. Et bien, voilà un individu qu'elle prendrait plaisir à torturer un peu... sauf si il se repent de son insulte indigne... et comme elle ne savait que trop qu'un soldat préférait la mort au manquement au devoir. Il était à considérer comme un cadavre en sursis!



Mais ce fut alors qu'une horrible voix vint lui donner des maux de tête affreux, peut-être avait-il parlé auparavant? En tout cas, elle y reconnut l'aveugle, enfin, le fils de Valaron. Il était amusant celui-là, bien que les mains baladeuses. Il devait peut-être avoir l'âge d'Astharosche, ou tout du moins les alentours, et pourtant, il manquait cruellement de prestance comparé à son paternel... sans doute tenait-il plus de sa mère? Allez savoir... Néanmoins, il pleurnichait comme un enfant, c'était assez pathétique et la thiel se demandait si on pouvait véritablement tirer quelque chose de cet personne là. En tout cas, dans l'état actuel des choses, certainement pas.



A cet instant là, les chevaliers noirs se mirent alors à s'activer. Voilà qu'ils étaient plein d'assurance. Mais quand notre alchimiste finit par prêter un peu plus attention à ces individus, elle comprit rapidement qu'elle serait la première visée, manque de chance. Décidément, les militaires manquaient d'humour. L'un la fixait, ce qui signifiait que le coup lui serait porté directement, peut-être un sort d'immobilisation? Dans une telle hypothèse, son don de sublimation la rendrait aussi immatérielle qu'un fantôme, ou glissante comme une anguille.... choisissez la métaphore qui vous plaît le plus. C'est peut-être l'unique fois où elle vous permettra de choisir...



Le second laron, lui, était plutôt du genre enflammé. Il fit apparaître bien rapidement une splendide boule de feu. L'art pyrotechnique était fascinante mais, lorsque l'on possédait l'intellect d'une alchimiste, les connaissances nécessaires et tous les secrets d'une combustion, alors, c'était assez facile de lutter, bien que, il se devait d'être prévoyant. Heureusement, Astharosche était ce genre de femme, une raison qui avait fait que grandir l'intérêt de Valaron à son égard.

Pour éteindre une boule de feu? Mode d'emploi : l'étouffer. Et oui, les flammes ne prenaient vie que lorsque l'oxygène était présente. Il suffisait alors de faire suffoquer tout ce beau monde à l'aide d'un consommateur d'air. Et voyez-vous, cela ferait d'une pierre deux coups, car les autres soldats se verraient ébranler par la surprise.... Mais Astharosche le fut avant....



Ce stupide Serentei se jeta sur le duo du Synode et bouscula une nouvelle fois Astharosche. En voilà un qui désirait mourir jeune!!! Néanmoins, la jeune femme n'en perdit que légèrement l'équilibre alors que son le pauvre fiston de Valaron finit par être la victime des sorts qui lui étaient réservés. Finalement, il savait rattraper ses erreurs ce petit... mais qu'une grosse bêtise et tant de mal pour rien...



Ciniquement, Astharosche se plaça derrière son "sauveur", et passa sa main frêle et délicate main sur la joue de celui-ci. Elle souriait, et son regard pétillait. Sensuellement, elle approcha sa tête de l'oreil du jeune homme blessé, sa bouche s'apprêtait à susurrer quelques mots, alors que ses yeux regardaient droit devant elle, fixant avec insistance les vieux chevaliers noirs.



" Mon pauvre petit chaton.... Tu es blessé... quelle bravoure que voilà, mais tu sais... tu as agi bêtement et faiblement... crois-tu réellement que ton père ou moi, ce serions laissé blesser impunément comme toi? Non, non non... Maintenant, sois sage pauvre chaton... et si tu te montres à la hauteur de ton paternel, je soignerais... peut-être... hihi! "



A cet instant, sa main caressant sa joue se retira, alors qu'elle riait légèrement. Son regard n'avait pas quitté les deux chevaliers.



" Décidément... je suis déçue... frapper une femme ainsi! Avec lâcheté et par magie! Que voilà un odieux procédé! Vous êtes donc des hommes sans honneur? Mais n'existe-t-il aucun véritable homme en ces terres souillées? "



Un large sourire s'esquissa sur les lèvres rosées de Astharosche. Mademoiselle Asran aimait la provocation, aimait mettre en émois et en colère les pauvres bougres qui avaient l'audace de tenter de lui tenir tête, elle aimait les ébranler dans leur fierté. Elle avait toujours trouvé cela plus jouissif. Maintenant, il ne tenait plus qu'à ses pauvres imbéciles de la démentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://initium.1fr1.net/fiches-validees-f64/astharosche-
Ayesha Oren’hill
~ Mélandrin ~
avatar

Nombre de messages : 186
Age : 29
Race : ansurien
Classe : corbeau
Elément : eau
Date d'inscription : 14/12/2007

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Armes de Prédilection:
Signes particuliers:

MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   Dim 24 Fév - 23:55

[Ayesha-Touik-Angal-Retep-Das-Arkhxas]
Rien que ça!
[Dans une ruelle...]

[Ouah! Je suis complètement à la masse moi!
Well, nous voilà bien nombreux... Ca va être difficilement gérable... Das et Arkh qui avez une histoire ensemble pourriez peut-être rester un peu à l'écart, même si je sais Das que tu es allié à Angal... Bon sinon on se débrouille comme ça... ]


Les miracles existaient, la preuve: une parfaite inconnue lui tendait une main secourable, malgré les menaces proférées par son tortionnaire à l'aspect redoutable...

Manque de pot, le fou qui distrayait l'attention du sam'hein disparut de leur vue et Angal repéra leur petit manège. Ca n'avait rien de difficile étant donné la remarque moqueuse de sa sauveuse potentielle:

"Je présume que si je te l'emprunte deux minutes ça te déranges pas?"

Elle parlait de lui. C'est vrai qu'il était on ne peut plus passif dans cette situation. Pas étonnant qu'on le considère comme une "chose". Mais bon, quand même, il aurait aimé un peu plus de considération. Qu'est-ce qu'elle voulait emprunter, un punching-ball, une source d'informations, ou alors elle faisait ça juste dans le but de faire enrager ce type qui n'avait pas l'air de l'aimer?

Visiblement ça le dérangeait. Une part de sa rage sembla se reporter sur la jeune femme lorsqu'il se retourna et lui rétorqua comme s'il parlait à une enfant:

- Si, vois-tu. Cet homme vient de faire exploser des gens, et je veux savoir qui est ce type qui lui a ordonné de faire une telle chose.

-Moi aussi je veux savoir...

Forcément, on le croyait aux ordres du mégalo de la place... Etait-ce un atoût ou un problème? Il pourrait mener le sam'hein sur une fausse piste si l'interrogatoire se poursuivait...

Celui ci n'écouta pas la remarque, et attaqua: la main généreusement tendue fut brûlée et son alliée du moment se retrouva projetée au sol par un coup dans les genoux, à ses côtés.

Un murmure à son oreille.

Lise. D'une façon ou d'une autre, cette ansurienne avait croisé la route de sa fille. Elle se languissait de lui? Qu'est-ce que ça voulait dire? Lise lui aurait demandé de le trouver? Qui aurait accepté une telle requête dans cette panique? Surtout, la petite était-elle en sécurité? Comment avait-elle pu lui parler, si elle n'avait pas quitté la maison?

Il l'imaginait déjà perdue dans la foule, piétinée par les fuyards, ou pire encore tuée par les explosions, le corps déchiqueté au milieu de tous ces cadavres... Une vague de culpabilité l'envahit. Il n'avait plus du tout songé à elle depuis qu'il avait quitté l'appartement. Il avait trop de soucis en tête.

Il fallait qu'il sache, il voulut interroger l'ansurienne. Mais elle fut alors agitée d’un spasme, se releva avec une vivacité de combattante aguerrie et profitant de ce que le sam’hein avait rengainé ses lames rétractiles, se jeta sur lui armée d’un poignard sorti de nulle part.

L'échange fut bref et intense. Le cœur battant, Ayesha observa la danse mortelle des deux combattants. Les yeux de l'ansurienne brillaient d'une sorte d'exaltation sauvage, tandis que le sam'hein désarmé n'était mû que par une colère ravageuse. La chevelure flamboyante du démon s'imprimait sur la rétine et dessinait des motifs reptiliens dans l'obscurité, auxquels répondaient les reflets rouges du mince dard agile... Qui perça la garde et esquissa une estafilade sur la peau d'Angal.

Le spectacle fascinait le jeune ansurien qui de toute façon était trop faible pour s'impliquer. Il lui rappelait une scène semblable, des années auparavant... Mais la femme était alors le démon, l'impure, et elle avait perdu le duel... Une clamyde dont la beauté n'avait d'égale que l'indifférence et la cruauté... Elle l'avait torturé auparavant, et l'ansurien était intervenu pour le défendre... La même scène que celle qui avait marqué son entrée dans les factions, inversée. Mishka était ressorti vainqueur, les mains teintées du sang de la clamydonia.

Mais cette fois ci, la chance n'était pas de son côté. (ou Hasard comme dirait Touik...) L'ansurienne sembla perdre ses forces et roula sur le côté, tenant des propos incohérents... S'adressait-elle au sam'hein, ou bien à cet Isha dont elle invoquait le nom? Son corps était agité de tremblements et l'angoisse mêlée à l'épuisement transparaissaient sur son visage juvénile. Elle perdit conscience.

Avant qu'il ait eu le temps de mesurer combien les choses se présentaient mal, la ruelle sembla brusquement devenir un centre d'attraction irrésistible pour nombre de personnes qu'il ne connaissait pas mais qui semblaient, elles, se connaître.

Un type d'allure ansurienne portant un haut-de-forme avança vers eux en se tenant maladroitement au mur. Son regard était vague, il paraissait dans un état de faiblesse et de confusion. Il heurta le démon embrasé, parut le reconnaître et s'effondra en articulant un:

"Ang...?"

Le chapeau roula dans la poussière, dévoilant une peau livide marquée d'un tatouage étrange, malsain, qui lui parut presque indécent.

Un myriennate surgit à sa suite, manifestement à sa poursuite. Il bandit un arc dans sa direction en glapissant:

« Parles, qu'est-ce que le Synode ? C'est toi qui as fait tout ça ?! Parle ! »

Le type tatoué était donc un membre de l'organisation qui revendiquait les attentats? Si tel était le cas, il pouvait faire un allié... Mais il semblait aussi bien s'entendre avec Ang quelque chose, qui de toute évidence luttait contre le Synode... Ou bien Ang ne savait pas qu'il appartenait au Synode, ou c'était le myriennate qui se trompait à son sujet...

La flèche passa en sifflant à quelques pouces du visage tatoué. L'homme affaissé lança un regard las de bête traquée au jeune garçon ailé, et reprenant du poil de la bête se redressa pour lui faire face.

Et comme si ça ne suffisait pas, l'homme qu'Ang avait apostrophé tout à l'heure sous le nom de Retep vint rejoindre leur petite fête, lançant à la cantonade un "Eh bien, eh bien! Comme on se retrouve les enfants!" acerbe.

Un arachnide. Un autre ennemi. En somme, la seule alliée véritable qui s'était déclarée était étendue à côté de lui... Ce qui faisait trois ennemis certains et un mec pas net... Il était vraiment mal barré.

Il n'avait donc pas changé le moins du monde depuis ses quinze ans? Tout juste bon à encaisser les coups?
D'un côté, il savait pertinemment qu'il était lâche. Incapable de réagir dès lors qu'il se retrouvait en situation d'infériorité. Etait-ce sa nature ou bien la conséquence des mutilations subies dans son enfance? Aucune importance. C'était une réalité. La panique, la terreur s'emparaient de lui et le réduisaient à cette espèce de loque qu'il était actuellement. Tout le dégoût qu'il s'inspirait à lui même n'y changerait rien.

Pourtant, il ne voulait pas l'admettre. Le meilleur moyen d'y échapper était d'éviter les situations de ce genre... En se battant sur son propre terrain, celui de la parole et de la ruse... Mais elles ne suffisaient pas toujours. Et comme il voulait tant se rassurer, se convaincre qu'il valait quelque chose, il s'arrangeait pour faire souffrir d'autres personnes. Ce qui lui donnait un sentiment de puissance grisant. Et un plaisir malsain.

Mais la réalité, l'empreinte du passé se rappelait à lui aujourd'hui. Première étape: bien qu'il ait provoqué un massacre il n'en avait tiré aucune satisfaction, comme si la futilité d'une telle action lui apparaissait désormais, deuxième étape, il se retrouvait de nouveau à ramper aux pieds de quelqu'un décidé à lui faire du mal... Il n'aurait pas dû oublier que l'on est fort qu'avec les faibles... En somme quiconque se construit sur des rapports de domination finissait par en devenir la victime...

Heureusement, il y avait les factions. Sa raison de vivre. Se battre pour la vérité. Une vérité relative, il ne l'ignorait pas, mais quelle vérité ne l'était pas? L'important c'est que ça donnait du sens à son existence. Si il cédait sous la torture, il révèlerait beaucoup trop de choses. Il en savait trop, beaucoup trop par rapport à son statut dans la hiérarchie. Il avait toujours été une exception, le petit protégé du Conseil... Il risquait de trahir Mishka. Il lui vouait une loyauté totale. Dire qu'il avait une dette envers lui était une litote: il lui devait ce qu'il était devenu. Tous les côtés positifs de sa personnalité, il les avait acquis grâce au pro-ansurien. Il sentit la détermination revenir. Sa lâcheté égoïste pouvait donc être moins forte que son attachement aux autres? Il était capable de faire preuve de courage pour protéger?

Les chances pour qu'il s'échappe étaient quasi nulles. Et toute la volonté du monde ne permettait pas de résister indéfiniment à la torture. Aussi, pour Mishka et l'organisation, il valait mieux qu'il meure, avant de révéler des informations capitales.

Libéré d'une partie de la chape de terreur qui pesait sur lui, il puisa dans son énergie pour s'emparer du poignard qui traînait non loin de la main ouverte de l'ansurienne. Il n'aurait que peu de temps. Le manche ouvragé serré dans sa paume, il se demanda où il devait se frapper pour souffrir le moins longtemps possible. Une boule se forma dans sa gorge. Le désespoir emplissait ses oreilles d'un chuintement lointain, comme le bruit des vagues. Pris au piège comme un rat. "Ratichon! Ratichon!" criaient les voix de son enfance. Un des surnoms de l'enfant malingre et malpropre. "Prends garde à toi" avait écrit Mishka. Il savait combien il risquait dans cette mission. Il savait aussi bien que lui qu'il ne s'en tirerait pas intact. Et il ne voulait pas qu'il meure.

Lise avait besoin de lui.

Il se releva d'un bond. Le champ était libre derrière lui, tous les ennemis avérés ou non se trouvaient dans l'entrée de la rue. Seul le sam'hein était assez proche pour l'arrêter dans l'immédiat. Et l'autre avec son arc, il pourrait l'atteindre si il essayait de se barrer en courrant. Mais ça valait le coup de risquer le tout pour le tout.

Sauf qu'il y avait la fille. Elle était ansurienne. Elle avait tenté de l'aider. Et elle avait vu Lise en dernier. Si la gamine avait quitté la relative sécurité de l'appartement, il aurait besoin d'elle pour la retrouver.

Espérant que l'arrivée de l'arachnide et la confrontation des deux autres distrairait l'attention de Ang et le retarderait, il passa le bras de l'ansurienne sur ses épaules et la souleva tant bien que mal en priant pour qu'elle se réveille... Le poignard dans sa main gauche était prêt, même si ses mouvements étaient considérablement limités par son fardeau. Sur le qui-vive, à reculons, il esquissa quelques pas vers l'obscurité salvatrice...

[Bon, désolée pour la redite de tout ce qui s'est passé mais c'était un peu confus là... Et le blabla aussi... Enfin Ayesha passe à l'action! (même si c'est la fuite... >_< irrécupérable...)]

_________________
Etre libre! Braver les interdits. Se moquer des tabous. Défier les lois et les règles. Et s'en tirer indemne. Indemne?


Corbeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Second Jour de la Fête du Ramanthin !!! [Fermé]
Revenir en haut 
Page 8 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mémoires d'Initium :: Median, Le Continent Principal :: Ville Marchande de Mélandre :: Place du Marché-
Sauter vers: